Rechercher
  • ProEcclesia bloger

Gadara, Gerasa, Gergesa un problème géographique dans les synoptiques ?

Dernière mise à jour : août 21



Le miracle de la guérison d'un démoniaque (Traduction TOB)

  • Matthieu 8.28 Comme il était arrivé de l’autre côté, au pays des Gadaréniens, vinrent à sa rencontre deux démoniaques sortant des tombeaux, si dangereux que personne ne pouvait passer par ce chemin-là. 29 Et les voilà qui se mirent à crier : « Que nous veux-tu, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps ? » 30 Or, à quelque distance, il y avait un grand troupeau de porcs en train de paître. 31 Les démons suppliaient Jésus, disant : « Si tu nous chasses, envoie-nous dans le troupeau de porcs. » 32 Il leur dit : « Allez ! » Ils sortirent et s’en allèrent dans les porcs ; et tout le troupeau se précipita du haut de l’escarpement dans la mer, et ils périrent dans les eaux. 


  • Marc 5.1 Ils arrivèrent de l’autre côté de la mer, au pays des Géraséniens. 2 Comme il descendait de la barque, un homme possédé d’un esprit impur vint aussitôt à sa rencontre, sortant des tombeaux. 3 Il habitait dans les tombeaux et personne ne pouvait plus le lier, même avec une chaîne. 4 Car il avait été souvent lié avec des entraves et des chaînes, mais il avait rompu les chaînes et brisé les entraves, et personne n’avait la force de le maîtriser. 5 Nuit et jour, il était sans cesse dans les tombeaux et les montagnes, poussant des cris et se déchirant avec des pierres. 6 Voyant Jésus de loin, il courut et se prosterna devant lui. 7 D’une voix forte il crie : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’adjure par Dieu, ne me tourmente pas. » 8 Car Jésus lui disait : « Sors de cet homme, esprit impur ! » 9 Il l’interrogeait : « Quel est ton nom ? » Il lui répond : « Mon nom est Légion, car nous sommes nombreux. » 10 Et il le suppliait avec insistance de ne pas les envoyer hors du pays. 11 Or il y avait là, du côté de la montagne, un grand troupeau de porcs en train de paître. 12 Les esprits impurs supplièrent Jésus en disant : « Envoie-nous dans les porcs pour que nous entrions en eux. » 13 Il le leur permit. Et ils sortirent, entrèrent dans les porcs et le troupeau se précipita du haut de l’escarpement dans la mer ; il y en avait environ deux mille et ils se noyaient dans la mer. 


  • Luc 8.26 Ils abordèrent au pays des Gergéséniens qui est en face de la Galilée. 27 Comme il descendait à terre, vint à sa rencontre un homme de la ville qui avait des démons. Depuis longtemps il ne portait plus de vêtement et ne demeurait pas dans une maison, mais dans les tombeaux. 28 A la vue de Jésus, il se jeta à ses pieds en poussant des cris et dit d’une voix forte : « Que me veux-tu, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut ? Je t’en prie, ne me tourmente pas. » 29 Jésus ordonnait en effet à l’esprit impur de sortir de cet homme. Car bien des fois il s’était emparé de lui ; on le liait, pour le garder, avec des chaînes et des entraves ; mais il brisait ses liens et il était poussé par le démon vers les lieux déserts. 30 Jésus l’interrogea : « Quel est ton nom ? » – « Légion », répondit-il, car de nombreux démons étaient entrés en lui. 31 Et ils le suppliaient de ne pas leur ordonner de s’en aller dans l’abîme. 32 Or il y avait là un troupeau considérable de porcs en train de paître dans la montagne. Les démons supplièrent Jésus de leur permettre d’entrer dans ces porcs. Il le leur permit. 33 Les démons sortirent de l’homme, ils entrèrent dans les porcs, et le troupeau se précipita du haut de l’escarpement dans le lac et s’y noya.

Dans cet épisode Jésus chasse plusieurs démons qui vont dans un troupeau de porcs et les entrainent du haut d'une falaise jusque dans la mer. Ce récit pose plusieurs difficultés, la première est textuelle puisque les manuscrits et le Pères de l'église divergent sur le lieu de l'événement, ce récit est mentionné soit à Gadara, soit à Gérasa ou à Gergésa. Origène connaissait les trois lectures mais ne donne pas d'indication précise pour savoir ce que contenait Matthieu, Marc et Luc comme lecture. St Épiphane semble mentionné Gergesa pour Marc, Gérasa pour Luc, Gadara pour Matthieu et quelques copies de Matthieu  qui ont aussi Gergesa. Au niveau des manuscrits nous avons [1] : Pour Matthieu 

  • En faveur de Gadara, 01*, B, C, M, DGr, Q, S, 174(=f13), 1010, pc, Sy, Epiph

  • En faveur de Gergesa, 01C2, L, W, X, f1, f13, 22, 157, 372, 700, 892, 2737, Maj, Sy-Hmg, Sy-Pal, bo, goth, Or

  • En faveur de Gérasa, 892C, d, Latt, Sy-Hmg, sa, mae-1+2

Pour Marc 

  • En faveur de Gadara, A, C, f13, 157, 1342, 2786, Maj, Sy-P, Sy-H, goth

  • En faveur de Gérasa, 01*, B, D, Latt, sa

  • En faveur de Gergesa, 01C2, L, U, (W), D, Q, f1, 22, 28, 33, 372, 517, 565, 700, 892, 954, 1071, 1241, 1424, 1675, 2737, 2766, pc50, Sy-S, bo, arm, geo, aeth, Epiph

Pour Luc

  • En faveur de Gadara, A, R, W, DGr, Y, 0135, f13, 700C, 1071, 892, Maj, Sy, goth

  • En faveur de Gérasa, P75, B, D, 0267, Latt, Sy-Hmg, sa, boms, Epiph

  • En faveur de Gergesa, 01, L, X, Q, X, f1, 22, 33, 157, 579, 700*, 1241, 1342, pc, bo, Sy-Pal, arm, geo, Eus, Gre

En suivant la critique textuelle Wieland Willker conclut au sujet de Matthieu que Gadara et Gergesa ont le meilleur soutient avec une légère préférence pour Gadara, pour Marc et Luc les preuves internes suggères Gergesa tandis que les preuves externes suggères Gérasa.  D'après Willker, si les synoptiques avaient à la base la même lecture elle ne peut être que Gergesa. Cette lecture est géographiquement la plus cohérente, Pourquoi ? Parce que Gerasa est à 60km du lac de Galilée dans lequel les porcs ce sont probablement noyés, Gadara est à 8km du lac et Gergesa est située sur la rive est du lac. C'est le seul endroit de la côte présentant une falaise qui donne sur la mer [2]. 


Si on suit la lecture commune entre les synoptiques (Gergesa) alors on a le lieu géographique approprié pour le miracle, c'est l'avantage de cette lecture.  En sens inverse elle pose l'inconvénient de ne pas être la lecture la mieux attestée dans les manuscrits, en se basant sur les meilleurs manuscrits comme le fait la 28ème édition de Nestle Aland on doit retenir Gadara pour Matthieu, Gérasa pour Marc et Luc, si on part du principe qu'on a les bonnes lectures avec la 28ème édition de Nestle Aland comment expliquer que Matthieu donne le nom d'une ville différente par rapport à Marc et Luc ? Dans le texte grec les synoptiques ne parlent pas de "ville" quand ils mentionnent Gadara et Gérasa, le terme utilisé est "χώρα" qui signifie "région, territoire [3"], Matthieu, Marc et Luc pourraient bien avoir utilisés ce terme pour paler d'un territoire plus vaste, "région des Gadaréniens" pourrait désigner plusieurs villes de la décapole, idem pour Gérasa. Les spécialistes sont divisés sur la question, Gleason L.Archer pense que Gadara était la lecture originale et était probablement la capitale de la décapole, la mention de la "région des Gadaréniens" par Matthieu désignait donc un territoire plus vaste qui comprenait les rives du lac de Galilée, sa position sur Gadara comme lecture originale pour les trois synoptiques est peu probable mais son point de vue permet d'expliquer la mention de Gadara en Matthieu : Il est donc tout à fait possible que le contrôle politique de cette région ait été centré à Gadara, la capitale. C'est pourquoi elle serait appelée "le pays des Gadaréniens", même si Gadara elle-même se trouvait au sud de la rivière Yarmuk. Bien que Marc et Luc désignent tous deux Gérasa, la nette préférence devrait être donnée à Gadara en raison de sa plus grande proximité avec Généssaret. Aucun des évangiles synoptiques ne soutient fortement Gergesa, bien que Gergesa bénéficie de l'avantage distinct d'être situé sur la rive orientale de Gennésaret, à environ un tiers de la descente de l'extrémité nord du lac. [4] Paul Rhodes Eddy et Gregory A.Boyd soutiennent que la mention de la "région des Géraséniens" en Marc et Luc peut faire référence à un endroit plus large incluant les rives du lac de Galilée : Une autre explication possible de ces données, qui confirment la conclusion la plus courante des spécialistes selon laquelle "Gérasa" était la lecture originale, tout en rendant le rapport original de Mark historiquement exact, commence par noter que le texte pourrait bien être lu comme disant "dans le territoire/la proximité de Gérasa", et que dans le verset 20, l'ancien démoniaque est rapporté comme proclamant au milieu de la Décapole. Comme l'ont noté R.T. France et d'autres, il se peut que Marc utilise vaguement le nom de "Gérasa" pour désigner la région au sens large, puisqu'il s'agissait d'une ville principale de la Décapole, et que la région nord-ouest de la Décapole peut être comprise comme s'étendant jusqu'aux rives de la mer de Galilée. [5] Une autre explication peut aussi être avancée, Khersa (nom araméen de Gergesa) aurait facilement pu être orthographié en grec de la même manière que Gérasa, Marc et Luc feraient alors référence au lac de Galilée en mentionnant le pays des Gérasiens comme le remarque Craig Blomberg : Khersa, en grec, aurait facilement pu être orthographiée de la même façon que Gérasa, ce qui a conduit à l'ambiguïté. Matthieu, comme d'habitude, tente de clarifier une ambiguïté, dans ce cas en remplaçant le nom du lieu par "Gadaréniens". Il ne se doutait probablement pas que les scribes ultérieurs, moins familiers avec la géographie de la Palestine, trouveraient ce nom de lieu tout aussi ambigu, aussi les différentes variantes textuelles se sont-elles développées pour tenter de résoudre le problème. Dans l'état actuel des traductions modernes de la Bible, Marc donne simplement une orthographe grecquisé du nom de la ville et Matthieu le nom de la province. Plusieurs hypothèses sont donc possibles pour expliquer cette difficulté [7], en fait le problème c'est de savoir quel est le bon problème pour choisir la bonne solution. 1. Toutes les données que je donne sur les manuscrits et les Pères de l'église sont tirées du commentaire de Wieland Willker disponible gratuitement ici http://www.willker.de/wie/TCG/TC-Matthew.pdf 2. Ibid ; La Bible avec notes d’étude archéologiques et historiques, p1446 3. Jean C.Ingelaere, Pierre Maraval & Pierre Prigent, Dictionnaire grec-français du Nouveau testament, p166 4. Gleason L.Archer, Encyclopédia of Bible difficulties, pp328-329 5. Paul Rhodes & Gregory A.Boyd, The Jesus Legend, chap10 6. Craig L.Blomberg, The historical reliability of the Gospels second edition, p192 7. On peut trouver encore d'autres explications pour expliquer ce "problème" mais je ne les ai pas tous citées pour ne pas surcharger l'article

0 commentaire

Posts récents

Voir tout