Rechercher
  • ProEcclesia bloger

La mort de Judas, deux récits irréconciliables ?

Dernière mise à jour : août 26




Matthieu 27.3 Alors Judas, qui l'avait trahi, voyant qu'il était condamné, fut pris de remords et rapporta les trente pièces d'argent aux grands prêtres et aux anciens, 4 disant : "j'ai péché en livrant un sang innocent. "Ils dirent : "qu'est-ce que cela nous fait ? A toi de voir !" 5 Alors, ayant jeté les pièces d'argent dans le sanctuaire, il se retira et alla se pendre.


Actes 1:18 Et voilà que, s'étant acquis un domaine avec le salaire de son forfait, cet homme est tombé la tête la première et a éclaté par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues.



Comment est mort Judas ? Par pendaison ou par accident en tombant la tête le première ? Plusieurs réponses différentes ont été évoqués face à cette difficulté.


1.

Les deux récits se contredisent et ne sont pas conciliables, c'est la solution la plus répandue chez les commentateurs. Bart Ehrman critique ceux qui essayent d'harmoniser les deux récits et maintient que les deux comptes rendus proposent des versions différentes :

  • Certains lecteurs ont tentés au fil des ans de réconcilier ces deux versions de la mort de Judas. Comment peut-il à la fois se pendre et tomber en avant le ventre ouvert, les viscères sur le sol ? [...] Mais le fait est que les deux comptes rendus proposent des versions différentes de la mort de Judas. [1]

Même le conservateur Craig A.Evans dit qu"il est plus probable que l'église primitive avait entendu deux récits distincts" plutôt que d'y voir deux récits qui s'harmonisent. [2]




2.

Raymond E.brown voit lui aussi deux récits incompatibles qui ne sont pas historiques et explique que les deux récits sont calqués sur les morts de deux personnages mauvais. Le récit de Matthieu et calqué sur la mort d'Achitohpel (2Samuel 17.23) et celui de Luc sur la mort d'Antiochos Epiphane IV (2 Maccabées 9.5-10) [3]

  • 2 Samuel 17:23 Quand Achitophel vit que son conseil n'était pas suivi, il sella son âne, et se leva pour s'en aller chez lui dans sa ville ; puis, après avoir donné ses ordres à sa maison, il s'étrangla, et mourut ; et on l'enterra dans le tombeau de son père.

  • Matthieu 27.3 Alors Judas, qui l'avait trahi, voyant qu'il était condamné, fut pris de remords et rapporta les trente pièces d'argent aux grands prêtres et aux anciens, 4 disant : "j'ai péché en livrant un sang innocent. "Ils dirent : "qu'est-ce que cela nous fait ? A toi de voir !" 5 Alors, ayant jeté les pièces d'argent dans le sanctuaire, il se retira et alla se pendre.


  • 2 Maccabées 9.5 Mais le Seigneur, Dieu d'Israël, qui voit toutes choses, le frappa d'une plaie incurable et horrible à voir: A peine eut-il proféré cette parole, qu'il fut saisi par une extrême douleur d'entrailles, avec de cruelles tortures à l'intérieur. 6 C'était justice, puisqu'il avait déchiré les entrailles des autres par des tourments nombreux et inouïs. Mais il ne rabattait rien de son arrogance; 7 toujours rempli d'orgueil, il exhalait contre les Juifs le feu de sa colère et ordonnait de hâter la marche, quand soudain il tomba du char qui roulait avec fracas, et sa chute fut si violente que tous les membres de son corps en turent meurtris. 8 Lui qui tout à l'heure croyait commander aux flots de la mer, dans sa jactance surhumaine, lui qui s'imaginait peser dans la balance la hauteur des montagnes, ayant été précipité par terre, il était porté dans une litière, rendant manifeste aux yeux de tous la puissance de Dieu. 9 Du corps de l'impie sortaient des essaims de vers; lui vivant, ses chairs se détachaient par lambeaux avec d'atroces douleurs, et l'odeur de pourriture qui s'en exhalait incommodait toute l'armée; 10 et celui qui naguère semblait toucher aux astres du ciel, personne maintenant ne pouvait le porter, à cause de cette intolérable puanteur.

  • Actes 1:18 Lui donc a acquis un champ avec le salaire du crime et, devenu enflé, il a crevé par le milieu, et toutes ses entrailles se sont répandues.


Brown considère que les chrétiens ne savaient pas comment Judas est mort [4], son point de vu et intéressant parce qu'il est possible de comprendre que Matthieu et Luc ne ce sont pas réellement trompés, Pourquoi ? Si on part du principe que Matthieu et Luc ne voulaient pas rendre un récit historique on peut comprendre ces deux récits comme étants idiomatiques (manière de s'exprimer propre à une personne, à une époque, à un domaine, à un groupe de personnes, d'initiés, de spécialistes). En décrivant la mort de Judas ils ont justes voulu exprimés que Judas est mort d'une façon violante en l'expliquant avec des idiomes en usages à leur époque.

Exemple d'un idiome : Quand on dit d'une personne qu'elle a mis un coup de couteau dans le dos de quelqu'un d'autre on cherche à évoquer une trahison et non une attaque littéralement parlant, peut être que la même chose est valable pour Luc et Matthieu qui ont juste cherchés à décrire une mort violante ou peut être que seulement l'un d'entre eux a utilisé un idiome tandis que l'autre est historique. Matthieu a pus dire que Judas s'est pendu en utilisant un idiome tandis que Luc décrit une histoire réelle, ou l'inverse.


3.

La troisième solution consiste à harmoniser les deux récits et conclure que Judas s'est pendu à un arbre puis la corde ou la branche de l'arbre s'est cassée et son corps a fini par tomber et ses entrailles se sont répandues, c'est cette position qui est très souvent critiquée et est considérée comme un tentative désespérée d'harmoniser deux récits incompatibles [5].

Pour juger cette explication nous devons chercher à savoir si il existe des éléments qui pourraient appuyés cet argument :

  • Existe t-il géographiquement un endroit qui pourrait correspondre aux deux récits de la mort de Judas ?

  • Comment le corps de Judas aurait-il pu s'éclater ?

  • Deux récits divergeant peuvent-ils être tous les deux historiques ?


Existe t-il géographiquement un endroit qui pourrait correspondre aux deux récits de la mort de Judas ?

La tradition chrétienne a identifié le lieu de la mort de Judad à la vallée de Hinnom, Gleason L.Archer dit à ce propos "(qu')il y a de nombreux arbres qui correspondent à cette description, même à ce jour, au bord du canyon que la tradition identifie comme le lieu où Judas est mort [6]", nous avons donc géographiquement un lieu approprié a ce qui est dit dans les deux textes sur la mort de Judas.




Comment le corps de Judas aurait-il pu s'éclater ?

Le théologien Trent Horn nous explique que lorsqu'un qu'un corps tombe de haut les organes de la personne restent généralement dans le corps mais qu'il est possible que le corps de Judas soit tombé en étant en état de décomposition ce qui pourrait expliquer que ses entrailles ce sont répandues :

  • Généralement, lorsque les gens tombent de très haut, leurs organes restent à l'intérieur de leur corps, c'est pourquoi ce détail dans les Actes est particulier. Mais en dehors de Jérusalem, il y a des arbres situés sur les bords de falaises abruptes. Il est possible que Judas se soit pendu à l'un de ces arbres et qu'il soit tombé plus tard, après que la corde se soit rompue sous son poids, provoquant la rupture de son corps en décomposition lors de l'impact. [7]

Une autre explication, qui ne prend en compte une chute du corps de Judas peut aussi être intéressante. L'expression "la tête la première" en Actes 1.18 est la traduction du terme "πρηνής" qui peut aussi signifier "gonfler" comme le note Edward D.Andrew :

  • Le mot spécifique dans Actes 1:18 qui a causé la difficulté concernant la mort de Judas est "prénès". Pendant une longue période, il a été compris comme signifiant seulement "tomber la tête la première". Cependant, des enquêtes menées au XXe siècle sur les papyrus anciens ont révélé que ce mot avait une autre signification en grec koiné. Il signifie également "gonflement" [...] Après s'être pendu, Judas n'a pas été découvert avant un certain temps. Dans une telle situation, les organes viscéraux commencent d'abord à dégénérer, provoquant un gonflement de l'abdomen caractéristique des cadavres qui n'ont pas été correctement embaumés. Et ainsi, "l'enflure [Judas] s'est ouverte au milieu et ses intestins ont jailli". Bien qu'il n'y ait aucun moyen de savoir si c'est bien ce qui s'est passé, il semble qu'il s'agisse d'une solution viable et adéquate à la difficulté. [8]

Ainsi le corps de Judas a pu rester suspendu à l'arbre et finir par gonfler jusqu'a ce que son corps finisse par céder à cause de la décomposition.


Deux récits divergeant peuvent-ils être tous les deux historiques ?

Un des meilleurs exemples pour appuyer ce point est rapporté par les professeur Gregory A.Boyd et Paul R.Eddy qui nous racontent l'histoire des frères McDonald dans leur livre The Jesus legend :

Une illustration particulièrement fascinante de la nécessité d'explorer les possibilités d'harmonisation créative avant de conclure à des différences irréconciliables nous vient des historiens Barbara Allen et William Montell. Dans leur livre sur la méthodologie de la recherche historique locale, Allen et Montell ont étudié deux récits différents du lynchage en 1881 de deux jeunes hommes - Frank et Jack McDonald ("les garçons McDonald") - à Menominee, dans le Michigan. Selon l'un des récits, les garçons étaient pendus à un passage à niveau, tandis que l'autre prétendait qu'ils étaient accrochés à un arbre de pin. Les récits semblaient désespérément contradictoires jusqu'à ce qu'Allen et Montell découvrent de vieilles photographies montrant les corps pendus à différents moments aux deux endroits. Aussi macabre soit-il, les garçons McDonald avaient apparemment d'abord été pendus à un passage à niveau, puis descendus, traînés jusqu'à un pin et hissés à nouveau45. Cet épisode est d'autant plus intéressant qu'il présente une certaine ressemblance avec les récits apparemment contradictoires de la mort de Judas. Matthieu nous dit que Judas s'est pendu (Matt. 27:5), tandis que Luc déclare qu'il "tomba la tête la première, son corps éclata et tous ses intestins se répandirent" (Actes 1:18 NIV). Les sceptiques ont toujours minimisé la proposition d'harmonisation selon laquelle Judas s'est peut-être pendu à un arbre, et que soit la branche, soit la corde à laquelle il était pendu s'est cassée, provoquant sa chute. Pourtant, une telle proposition semble moins farfelue que ce qui s'est avéré être vrai pour la double pendaison des McDonald. Sans les photographies découvertes, les historiens qui ont traité les différentes traditions de la pendaison tragique des garçons avec autant de scepticisme que les critiques du Nouveau Testament traitent les Évangiles, insisteraient sur le fait qu'au moins un des récits doit être faux. En fait, les deux étaient pourtant exacts. [9]


Cette histoire démontre qu'il est possible d'avoir des récits qui peuvent être contradictoires à cause d'un manque d'éléments alors qu'en réalité ils ne le sont pas, il en est de même avec les deux récits de la mort de Judas qui ne sont pas deux comptes rendus détaillés sur sa mort.

Chacun est libre d'adopter l'explication qu'il trouve la plus cohérente mais je ne vois pas en quoi il serait plus déraisonnable de trouver une explication face à une difficultés que d'être catégorique à ne pas vouloir d'explication probable comme le fait Bart Ehrman. Une Chose est certaine, si Bart Ehrman avait enquêté sur la mort des frères McDonald il aurait bouclé son enquête en 5min avec comme conclusion "Mais le fait est que les deux comptes rendus proposent des versions différentes de la mort des frères McDonald".







  1. Bart Ehrman, La construction de Jésus aux sources de la religion chrétienne, p70

  2. Craig A.Evans, Matthew New Cambridge Bible Commentary, p449

  3. Raymond E.Brown, la mort du Messie, pp1547-1548

  4. Raymond E.Brown, la mort du Messie, p1551

  5. Bart Ehrman, La construction de Jésus aux sources de la religion chrétienne, p70

  6. Gleason L.Archer, Encyclopédia of Bible difficulties, p349

  7. Trent Horn, Hard saying a Catholic approach to answering Bible difficulties, chap10

  8. https://christianpublishinghouse.co/2018/09/28/matthew-273-5-bdc-what-was-it-that-judas-iscariot-regretted-could-he-have-been-saved/

  9. Paul Rhodes & Gregory A.Boyd, The Jesus Legend, chap10




0 commentaire

Posts récents

Voir tout