Rechercher
  • ProEcclesia bloger

Luc 23.34a, un ajout ?

Dernière mise à jour : sept. 12



Cet article a été écrit à la base en anglais par James Snapp Jr [1].


Partie 1


Dans cet article nous examinerons de près la variante textuelle de Luc 23:34a, où, dans presque tous les manuscrits grecs (ainsi que dans la Vulgate latine et la Peshitta), ces paroles de Jésus sont enregistrées : " Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font ". "Il peut sembler trop cérébral de proposer une analyse technique de ces paroles qui transmettent un message si puissant sur l'amour de Dieu - mais les futurs lecteurs de la Bible ne verront pas ce message s'il est retiré de leur Nouveau Testament, ce que certains apologistes évangéliques voudraient faire, en prétendant que Luc ne l'a pas écrit.

Avant de passer en revue les preuves relatives à cette phrase, examinons comment quelques traductions modernes traitent ce passage, en se rappelant que les éditeurs de la 27e édition du Nestle-Aland Novum Testamentum Graece l'ont mis entre doubles crochets, ce qui signifie, selon l'introduction Nestle-Aland, que les mots entre crochets "sont connus pour ne pas faire partie du texte original". ”

            ● La New American Standard Bible (© 1995 par la Lockman Foundation) ne comporte aucune note de bas de page pour indiquer qu'il existe une variante textuelle à cet endroit.

            ● La New International Version de 1984 (qui n'est plus imprimée), comportait la phrase dans le texte, avec une note de bas de page indiquant : " Certains manuscrits anciens ne comportent pas cette phrase. ”

            ● La English Standard Version comporte une note de bas de page similaire, indiquant que " certains manuscrits " omettent la phrase.

            ● La New Living Translation (© 2004 Tyndale House Publishers) comporte également une note de bas de page ; elle indique : " Cette phrase ne figure pas dans de nombreux manuscrits anciens. ”

La note de bas de page de la New Living Translation est inexacte, et elle aurait dû être corrigée il y a longtemps.

Supposons maintenant que quelqu'un demande aux rédacteurs de notes de bas de page : " Si une douzaine de manuscrits peuvent être décrits comme étant " nombreux ", alors comment décrire les plus de mille cinq cents manuscrits grecs qui incluent la phrase ". "Leur réponse serait sans aucun doute : "Les manuscrits doivent être pesés, pas comptés" - l'axiome le plus abusif jamais prononcé dans le domaine de la critique textuelle du Nouveau Testament.

L'idée que sous-tend ce dicton est tout à fait légitime, en théorie : s'il est démontré qu'un manuscrit est une copie directe d'un autre manuscrit, ou que deux manuscrits sont copiés d'un autre manuscrit, alors, dans le premier cas, nous avons une voix et son écho, et dans le second cas, nous avons une voix avec deux échos. Lorsque nous avons à la fois un manuscrit et son exemplaire (c'est-à-dire le manuscrit à partir duquel il a été copié), nous avons un témoin répété, plutôt que deux témoins indépendants.

Ce principe peut être étendu à des groupes de manuscrits qui, bien qu'aucun d'entre eux ne soit une copie directe d'un autre, partagent les mêmes caractéristiques méta-textuelles : s'ils possèdent la même forme exacte de tableaux-canons pour les Évangiles, les mêmes introductions de livres, les mêmes titres de chapitres, les mêmes notes de souscription et les mêmes divisions de lection, on peut généralement dire qu'ils sont tous des brindilles sur la même branche, pour ainsi dire. Ceci est particulièrement vrai pour les manuscrits qui présentent le même commentaire dans la marge, à côté du texte ou entre des blocs de texte scripturaire.

Et ce qui est vrai des caractéristiques méta-textuelles l'est aussi du texte : si, sur un millier de manuscrits, deux douzaines partagent le même ensemble de lectures autrement non attestées - pas seulement dans quelques cas qui peuvent être expliqués comme des erreurs scribales récurrentes aléatoires, mais de façon constante dans un chapitre après l'autre - le groupe de manuscrits partageant des traits rares peut être considéré comme apparenté les uns aux autres, comme les arrière-petits-enfants d'un ancêtre dont ils ont tous hérité du trait génétique rare.

Et il n'y a aucune raison de limiter cela à de petits groupes. Les grands groupes de manuscrits qui partagent les mêmes lectures sont en quelque sorte spécialement apparentés ; du moins, ils sont plus étroitement apparentés les uns aux autres qu'aux familles de manuscrits qui partagent des lectures rares.

C'est la principale application de l'axiome selon lequel les manuscrits doivent être pesés : cela signifie que les manuscrits doivent être séparés en groupes, ou branches ; la voix du manuscrit individuel n'est pas considérée comme une voix indépendante lorsqu'elle chante à l'unisson avec les autres manuscrits dans le même chœur. Les différents groupes de manuscrits qui chantent des notes différentes - c'est-à-dire qui présentent des variantes textuelles différentes - sont organisés en différents groupes, ce qui permet de mieux comprendre le contenu de leurs ancêtres-manuscrits respectifs.

D'autres facteurs - tels que l'âge du manuscrit, la compétence de son scribe et son état physique - entrent également en ligne de compte lorsqu'il s'agit d'attribuer un "poids" à un manuscrit. L'objectif valable de cette approche est d'amplifier les textes ancestraux qui contiennent les lectures partagées par des groupes distincts de manuscrits - de mettre l'accent non pas sur les brindilles, mais sur les points où les branches divergent, pour ainsi dire.

Malheureusement, ce n'est pas ce que font la plupart des critiques textuels d'aujourd'hui. Depuis plus d'un siècle, la "pesée" des manuscrits ressemble davantage au handicap des chevaux sur un hippodrome : après plusieurs courses dans lesquelles un cheval gagne systématiquement, les propriétaires de l'hippodrome mettent des poids sur les autres chevaux, de sorte que le "meilleur" cheval gagne de plus en plus de courses - même si elles sont courues à des distances différentes, à des endroits différents et dans des conditions différentes de celles des courses dans lesquelles ce cheval a gagné.

Ceci étant dit, nous en venons aux preuves externes concernant Luc 23:34a. Dans le Papyrus 75, le Codex Vaticanus et la strate la plus ancienne de la version sahidique, la phrase n'est pas présente - ce qui implique que ces témoins ne l'ont pas parce que le texte ancestral sur lequel ils étaient basés ne l'avait pas. De même, le Codex Bezae, le syriaque sinaïtique et le Codex Vercellensis en vieux latin (datant de la fin des années 300) semblent faire écho à une forme occidentale antérieure du verset qui ne comportait pas cette phrase.

Ces témoins sont rejoints par quelques autres manuscrits grecs - Codex W (qui a un texte essentiellement byzantin dans Luc après 8:12), Codex Θ (qui est considéré comme ayant un texte césarien), 070, 579, et 1241 - mais sans eux, il serait clair que la non-inclusion de la phrase est une lecture très ancienne, apparemment traçable à un moment du flux de transmission où les branches alexandrines et occidentales n'avaient pas encore divergé.

Le mot "apparemment" ne doit pas être négligé, car la non-inclusion de la phrase est également attestée par un petit nombre de manuscrits relativement tardifs. Si nous appliquons le canon, Une lecture attestée sporadiquement dans des manuscrits sans rapport tend à être non originale, alors cela suggérerait l'existence d'un facteur spécial qui a affecté le texte de Luc 23:34 dans des branches séparées.

Mais au lieu d'explorer cette possibilité, attardons-nous un peu plus sur les preuves externes. Alors que les témoins que nous venons de mentionner sont dépourvus de Luc 23 :34a, un nombre imposant de manuscrits contiennent la phrase, y compris le Codex Sinaiticus (dans lequel la phrase, après avoir été écrite par le copiste principal, a été marquée à côté du texte avec des parenthèses autour de chaque ligne, après quoi quelqu'un d'autre a effacé (sans succès complet) les marques des parenthèses) et les Codex A, C, N, L, 700, 1424, famille 1, et famille 13 - plus les minuscules byzantins, qui constituent une masse énorme (plus de 90%) des manuscrits grecs ici. La plupart des manuscrits latins anciens contiennent également ce passage. Il en va de même pour les versions anciennes telles que la Vulgate, la version araméenne palestinienne, la version arménienne, la version géorgienne ancienne et la version éthiopienne. Cela couvre un grand nombre de territoires.

Ainsi, si l'on considère ces preuves en termes de poids, trois poids lourds alexandrins et trois poids lourds occidentaux n'ont pas Luc 23:34a, pas plus que le Codex W et le Codex Θ. En revanche, un poids lourd alexandrin (Codex Sinaiticus), la plupart des poids lourds césariens et tous les poids lourds byzantins, à l'exception du Codex W, contiennent Luc 23:34a.

Cependant, il existe des preuves importantes et lourdes à considérer : les preuves patristiques. Lorsqu'un auteur patristique des années 100 ou 200 fait une citation spécifique, c'est comme si l'on trouvait un petit fragment de papyrus intégré dans ses écrits ; lorsqu'un auteur patristique des années 300 fait une citation spécifique, c'est comme un écho d'un manuscrit datant de la même époque que les codices Vaticanus et Sinaiticus. De plus, les commentaires des auteurs patristiques expriment parfois les difficultés qu'ils ont rencontrées lors de l'interprétation d'un passage - et si un passage a semblé problématique à un commentateur, la probabilité est grande qu'il l'ait été aussi pour les copistes. (Voir Wieland Willker le commentaire textuel depour plus de détails sur les références patristiques suivantes).

Les preuves patristiques montrent que " Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font " est une lecture extrêmement ancienne :


● Tatien (170) avait la phrase dans son Diatessaron, comme le montrent trois citations dans le Commentaire d'Ephrem Syrus sur le Diatessaron (vers 360).

   ● Hégésippe (170) a rapporté, selon Eusèbe dans l'Histoire ecclésiastique livre deux (chapitre 23), que lorsque Jacques le Juste fut tué après avoir été jeté d'une tour, il pria : " Je t'en supplie, Seigneur Dieu notre Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font ". "La même anecdote est rapportée par Épiphane (vers 375) dans le Panarion 77 (Antidicomaniens 14,5).

● Irénée (vers 180), dans Contre les hérésies, livre trois, mentionne deux fois ce passage : au chapitre 16, il fait allusion à la prière de Jésus pour que son Père pardonne à ceux qui l'ont crucifié ; au chapitre 18, il cite les paroles de Jésus.

● Le Pseudo-Ignace, à la fin des années 100, affirme que Jésus a prié pour ses ennemis : " Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font. ”

● Hippolyte (début des années 200) utilise ce passage dans Contra Judaeos 3, au cours de l'interprétation du psaume 69. Hippolyte fait remarquer que lorsque Jésus a dit : " Père, pardonne-leur ", ceux qui devaient être pardonnés étaient les païens. La paternité de Contra Judaeos est contestée ; cependant, Hippolyte a également cité le passage dans The Blessings of Jacob and Isaac, au cours de commentaires sur Genèse 27.

● La Didascalie syriaque (vers 250) comprend la déclaration imprécise mais reconnaissable suivante : " Notre Sauveur a supplié son Père pour ceux qui avaient péché, comme il est écrit dans l'Évangile : 'Mon Père, ils ne savent pas ce qu'ils font, ni ce qu'ils disent ; cependant, si c'est possible, pardonne-leur'. ”

● Origène (vers 230-250), tel que traduit par Rufinus (en latin), semble citer le passage dans une partie de son Homélie sur le Lévitique ; il y a cependant une chance qu'il s'agisse d'un commentaire parenthétique inséré par Rufinus. Dans De Pascha 2:43, un texte retrouvé parmi les papyrus de Tura et publié en 1979, Origène semble utiliser le passage.

● Archelaus (fin des années 200), dans Disputation avec Manès, cite le passage et compare la prière de Jésus à celle de Moïse pour Pharaon et les Égyptiens.

● Eusèbe de Césarée (vers 330) a inclus ce passage dans ses canon-tables, au canon dix.

● Actes de Pilate/Évangile de Nicodème (années 300), au chapitre 10, utilise les paroles de Jésus en Luc 23:34a ainsi que certains des textes environnants de Luc.

● Les Constitutions apostoliques (vers 380), qui dépendent en certains points de la Didascalie syriaque, citent le passage plus précisément en II, 16, et à nouveau en V, 14.

● Ambroise (fin des années 300), dans son Commentaire sur Job, cite ce passage à deux reprises (en 2,6 et 5,12).

● Beaucoup d'autres utilisent ce passage - tous sans soulever de question sur son authenticité : Grégoire de Nysse (fin des années 300), Hilaire (vers 350), Actes de Philippe (années 300), Reconnaissances clémentines (années 300), Chrysostome - plusieurs fois (vers 400), Pseudo-Justin (vers 400), Jérôme, dans Ad Hedibiam (vers 400), Hésychius (début des années 400), Augustin (début des années 400) et Théodoret (vers 450). Le seul auteur qui conteste le droit de cette phrase à figurer dans le texte est Cyrille d'Alexandrie (vers 425) - ce qui n'est guère surprenant compte tenu de sa localisation - rapporté par l'écrivain Oecuménius, vers l'an 600, en Asie Mineure, dans son commentaire sur l'Apocalypse. Au cours du commentaire de la première partie d'Apocalypse 7, Oecumenius cite Luc 23:34a et mentionne que " Bien que Cyrille, dans le treizième livre du Contre Julien, dise que cette prière du Seigneur ne se trouve pas dans les Évangiles, nous l'utilisons néanmoins. ”


Maintenant que nous avons une idée de l'étendue des preuves anciennes en faveur de l'inclusion de ce passage - car dans le cas de la plupart de ces références patristiques, il est parfaitement clair que Luc 23:34a se trouvait dans les manuscrits des évangiles utilisés par l'auteur, et qu'il s'attendait à ce que le passage se trouve également dans les copies de ses lecteurs - nous pouvons procéder, dans le post suivant, à une analyse plus détaillée du traitement du passage. Mais d'abord, avant de conclure aujourd'hui, je souhaite aborder une affirmation qu'Alan Kurschner a récemment faite.

Sur le site Alpha & Omega de James White, Kurschner a déclaré : "S'il s'agit d'une excision," - c'est-à-dire si la phrase est originale et a été supprimée dans le texte alexandrin primitif - "il est difficile d'expliquer son omission entière par une tendance anti-judaïque d'un scribe. Il y a des exemples dans lesquels des scribes trop pieux dans le processus de copie omettraient un seul mot avec des effets théologiques, pieux, ou de "dureté". . . . Nous devrions donc certainement voir au moins un exemple d'un témoin altérant la prière de Jésus pour des raisons théologiques. Mais ce n'est pas le cas ; soit les témoins omettent la prière dans son ensemble, soit elle est intacte.


Cependant, non seulement ce raisonnement semble circulaire - prétendant que les copistes ne pouvaient pas supprimer une phrase parce que les copistes ne supprimaient pas les phrases - mais selon Nathan Eubank dans un essai détaillé de 2010 sur cette variante-unité, Épiphane a légèrement modifié la formulation, de manière à dire, " Père, cède-leur ", ou, " Père, sois patient avec eux " - un changement de ἄφες à συγχώρησον. C'est également ainsi que Grégoire de Nysse a cité le passage. Ce petit indice fournit quelques indications sur la signification de certains autres traitements patristiques du passage.


Partie 2.


Dans la première partie, nous avons examiné les preuves externes concernant la parole de Jésus sur la croix, "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font", trouvée dans Luc 22:34. Nous avons vu que bien que cette phrase soit incluse dans 99% des manuscrits grecs existants de l'Évangile de Luc, les copistes de six manuscrits anciens - Papyrus 75, Codex Vaticanus, Codex Bezae, Codex W, Codex Koridethi, et 070 - ne l'ont pas incluse dans le texte, et parce que ces manuscrits particuliers constituent des représentants anciens de diverses branches de la transmission du texte, ceci est considéré par certains chercheurs - y compris James White d'Alpha & Omega Ministries - comme une preuve que le passage n'était pas dans le texte original. D'autre part, nous avons également vu que ce passage a été utilisé par plus d'une douzaine d'auteurs patristiques dans les années 100, 200 et 300.

Soit ces mots ont été mis dans le texte de Luc, soit quelqu'un les a retirés. Quelques théories ont été proposées pour tenter d'expliquer pourquoi et comment quelqu'un aurait mis ces mots dans le texte :

(1) Après que quelqu'un dans l'église primitive ait remarqué que Jésus avait fait six déclarations depuis la croix, il a décidé que ce serait une amélioration si Jésus en avait fait sept, donc il en a créé une, ou en a emprunté une d'une tradition orale, et l'a mise dans le texte.

(2) Ces mots circulaient dans l'église primitive comme un agraphon, ou une tradition non écrite sur les paroles de Jésus, et quelqu'un, quelque part, a décidé de les placer à cet endroit dans le texte.

(3) Un copiste ne voulait pas que Jésus apparaisse moins indulgent qu'Étienne, qui priait Jésus alors qu'il était lapidé à mort : " Seigneur, ne leur impute pas ce péché " (Actes 7, 59-60).


Examinons brièvement chacune de ces théories.

QUELQU'UN A-T-IL AJOUTÉ CES MOTS EN RAISON D'UN DÉSIR QU'IL Y AIT SEPT PAROLES DE LA CROIX ?

Il est intrinsèquement improbable que quelqu'un invente délibérément une parole et l'insère dans le texte juste pour que le nombre total de paroles prononcées depuis la croix soit de sept. La notion selon laquelle Jésus n'a prononcé que six paroles depuis la croix n'a pu exister qu'après que les quatre Évangiles aient été considérés comme une unité narrative distincte - c'est-à-dire après que les quatre aient été composés, rassemblés et reconnus comme faisant spécialement autorité - à ce moment-là, les Évangiles individuels auraient déjà circulé pendant des décennies, rendant difficile l'apparition soudaine d'une telle insertion nouvelle et son acceptation par des chefs d'Église tels qu'Irénée.

Les partisans récents de l'idée que cette phrase a été ajoutée afin de porter à sept le nombre de paroles de Jésus depuis la croix ont mis en avant l'ordre dans lequel ces paroles apparaissent dans le Diatessaron de Tatien (dans la mesure où il peut être reconstitué) ; Cependant, les changements d'ordre dans le Diatessaron sont fréquents et, dans ce cas, la réorganisation des paroles de la croix semble être un effet secondaire de la tentative de Tatien d'harmoniser chronologiquement les récits des quatre évangiles ; elle n'est pas le signe d'une instabilité du texte, comme si la phrase flottait quelque part plus loin dans Luc 23.

En outre, je ne trouve aucun commentaire d'un quelconque auteur patristique sur la signification de l'existence de sept paroles du Christ depuis la croix. Il ne fait aucun doute que les gens appréciaient quelque peu les groupes de sept lorsqu'ils les trouvaient dans le texte, mais je ne connais aucun cas où un auteur chrétien primitif aurait modifié le texte pour créer un total de sept de quoi que ce soit. (Et cela ne serait-il pas intrinsèquement insatisfaisant pour la personne effectuant la modification ?)


QUELQU'UN A-T-IL CRÉÉ UN AGRAPHON, QUE QUELQU'UN D'AUTRE A INSÉRÉ DANS LE TEXTE ?



Quelqu'un dans l'église primitive a-t-il accordé une telle valeur à un agraphon (une tradition non écrite consistant en une parole de Jésus, ou centrée sur celle-ci) qu'il a pensé qu'il devait être inséré dans le texte de l'Évangile de Luc ? C'est la théorie proposée par Bruce Metzger dans son commentaire textuel de la compilation de la United Bible Society : " Le logion ", écrit-il, " bien que ne faisant probablement pas partie de l'Évangile original de Luc, porte des signes évidents de son origine dominicale ". "Cependant, il n'existe aucune preuve matérielle que cette déclaration ait jamais circulé sous une autre forme que celle du texte de Luc 23:34. L'affirmation "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" exige un contexte narratif : qui est pardonné et pour quoi ? Il semble peu probable que cette phrase ait jamais circulé sans cadre.

Plusieurs agrapha ont été mentionnés dans les écrits patristiques - mais l'intrusion d'un agraphon dans le texte grec des Évangiles est exceptionnellement rare. Les interpolations dans le Codex Bezae, et le "Freer Logion" du Codex W entre Marc 16:14 et 16:15, sont presque uniques à cet égard. Le Codex D a interpolé des paroles de Jésus après Matthieu 20:28, après Luc 6:4, et après Jean 6:56. Ces caractéristiques - et quelques autres qui ressemblent à des passages parallèles - montrent l'influence d'un texte en vieux latin vaguement traduit et interpolé, qui se trouve dans le même codex sur des pages alternées. Mais bien qu'attestées dans le Codex D, ces lectures ne sont pas dans le Texte Byzantin, indiquant que soit les copistes possédaient une résistance considérable contre les nouveautés dans leurs exemplaires, soit que seuls quelques copistes étaient assez téméraires pour les insérer en premier lieu, soit les deux.

Considérons le curieux incident du dicton sur les changeurs de monnaie : Γίνεσθε δόκιμοι τραπεζιται (" Soyez des changeurs de monnaie approuvés "). Brook Foss Westcott (de Westcott & Hort) aimait tellement ce dicton qu'il l'a mis en préface de son Introduction to the Study of the Gospels. Plusieurs auteurs patristiques l'ont également utilisé, notamment Clément d'Alexandrie (qui y fait référence comme une parole de Jésus dans Stromata 1:28), Origène, Cyrille de Jérusalem, Cyrille d'Alexandrie, et même Jean de Damas dans Orthodox Faith, Book 4, chapter 17 - une composition du début des années 700).

Mais même si ce dicton a circulé dans les églises pendant plus de 500 ans (et nous en discutons encore !), combien de copistes l'ont inséré dans le texte grec de l'Écriture ? Dans la mesure où il n'apparaît dans aucun manuscrit grec d'aucune partie du Nouveau Testament, la réponse semble être zéro. Cela n'est pas de bon augure pour la plausibilité de la théorie selon laquelle les copistes typiques étaient ouverts à l'idée de mettre des ajouts de toute sorte dans le texte grec des Évangiles.


QUELQU'UN A-T-IL PENSÉ QUE JÉSUS SEMBLAIT MOINS INDULGENT QUE STEPHEN, ET A CRÉÉ CES MOTS POUR ÉGALISER LE SCORE ?

L'idée que quelqu'un dans l'Église primitive a créé Luc 23:34a pour qu'Étienne ne paraisse pas plus altruiste que Jésus pose plusieurs problèmes. Premièrement, rien dans le récit du martyre d'Étienne en Actes 7 ne correspond à l'expression "car ils ne savent pas ce qu'ils font". "Deuxièmement, si la déclaration d'Étienne et celle de Luc 23:34a sont conceptuellement similaires, elles sont différentes en ce qui concerne le vocabulaire. Troisièmement, dans la mesure où Étienne a fait sa déclaration à un souffle de la mort, une personne désireuse de créer un parallèle dans le récit de Luc sur la crucifixion de Jésus serait plus susceptible de l'insérer au moment de la mort de Jésus, pas plus de trois heures plus tôt. Quatrièmement, les actions de Jésus dans l'Évangile de Luc sont à plusieurs reprises imitées par les disciples de Jésus dans le livre des Actes ; dans la mesure où la déclaration d'Étienne dans Actes 7:70 ressemble à Luc 23:34a, c'est exactement le genre de ressemblance qui indique que Luc est l'auteur.


Ces propositions n'expliquent pas de manière plausible la présence ancienne et répandue de "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" dans le texte de Luc. En outre, une caractéristique interne du passage constitue une preuve subtile mais forte qu'il a été écrit par Luc : elle illustre l'accent distinct que Luc met sur l'ignorance (le terme "ignorance" est utilisé ici dans son sens technique, et non dans un sens péjoratif) comme circonstance atténuante capable d'éliminer ou de réduire la culpabilité d'un auteur.

Quelques exemples de cet accent peuvent être énumérés : parmi les évangélistes, Luc, et Luc seul, rapporte la parole de Jésus dans laquelle il établit différentes mesures de jugement pour ceux qui connaissent la volonté de leur maître, et pour ceux qui ne la connaissent pas. En Actes 3:14-7, Luc rapporte la déclaration de Pierre selon laquelle, bien que des membres de son auditoire aient "tué le Prince de la vie", ils ont agi dans l'ignorance, tout comme leurs dirigeants. Il les invite ensuite à se repentir. En Actes 13, 27, Luc rapporte la déclaration de Paul selon laquelle les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont livré Jésus pour qu'il soit exécuté "parce qu'ils ne le connaissaient pas". Et dans Actes 17, 30, une partie de l'allocution de Paul aux philosophes athéniens, on peut lire : " Dieu a négligé ces temps d'ignorance, mais il ordonne maintenant à tous les hommes, en tout lieu, de se repentir ". ”

La probabilité que quelqu'un dans les années 100 ait perçu et imité ce qu'Eldon Epp a appelé le "Motif de l'Ignorance" de Luc, et l'ait exprimé dans une insertion de 12 mots (avec une syntaxe cohérente avec Luc 11:4), semble très inférieure à l'explication alternative selon laquelle Luc a écrit ces mots.

         

OU : QUELQU'UN A-T-IL SUPPRIMÉ LE PASSAGE PARCE QU'IL PENSAIT QUE LES JUIFS N'AVAIENT PAS ÉTÉ PARDONNÉS ?


Les premiers copistes avaient une forte motivation pour omettre ces mots : le désir de ne pas donner l'impression que la prière de Jésus avait été rejetée. Environ 40 ans après la crucifixion de Jésus, Jérusalem a été détruite par les Romains, et elle a été à nouveau dévastée lors de la révolte de Bar Kokhba. Des centaines de milliers de Juifs ont été tués, de nombreux autres ont été réduits en esclavage et ils ont été privés de leur patrie. On peut facilement écrire la boutade païenne : "Est-ce que c'est ce qui arrive quand Jésus demande que les gens soient pardonnés ? Leur ville est dévastée, et eux et leurs familles sont tués ou réduits en esclavage ? Son intercession ne semble pas très efficace. "Même en l'absence d'un païen pour exprimer l'objection, un lecteur ordinaire pourrait percevoir une difficulté en comparant la prière du Christ à l'histoire des Juifs au cours du siècle suivant.

De nombreux auteurs chrétiens primitifs considéraient la nation juive comme collectivement responsable de la mort du Christ ; ils interprétaient Matthieu 27:25 comme s'il faisait référence à tous les Juifs. Des compositions telles que l'Homélie de Pâques de Melito de Sardes, alias Peri Pascha (vers 170), montrent très clairement cette interprétation. Melito, au cours d'une diatribe adressée aux Juifs, dit : "Vous n'avez pas reconnu le Seigneur ; vous n'avez pas su, ô Israël, que celui-ci était le premier-né de Dieu" - mais il insiste aussi sur le fait que les Juifs auraient dû savoir, à la lumière des prophéties concernant le Messie.

Origène, écrivant contre Celse (livre 4, chapitre 22), considérait de même la destruction de Jérusalem comme un châtiment divin. Et environ 150 ans après Origène, Jean Chrysostome, dans Homélies contre les Juifs (mieux intitulé Sermons contre ceux qui participent aux coutumes juives), prêchait que les Juifs, collectivement, étaient dans une situation similaire à celle de Caïn - coupables mais ne voulant pas admettre qu'ils avaient fait le mal - et il conseillait aux chrétiens de ne même pas prier pour eux, faisant allusion à Jérémie 7:16 et 15:1 comme justification.

Ainsi, lorsque Chrysostome (ou quelqu'un dont les œuvres ont été mélangées aux sermons de Chrysostome) a commenté Luc 23:34 dans son Homélie sur la Croix et le brigand, il a commencé par la question évidente : "Leur a-t-il pardonné le péché ? "La réponse de Chrysostome est que le pardon a été accordé à ceux qui se sont repentis - à Paul et aux multitudes de Juifs qui sont devenus chrétiens dans le livre des Actes - mais qu'ensuite, le jugement est tombé.

Hippolyte a trouvé une solution plus simple dans la composition incomplète Demonstratio Contra Judaeos ; il a conclu que la prière de Jésus était faite au nom des soldats païens qui ont accompli le travail de crucifixion.

L'auteur inconnu de la Didascalie Apostolorum (vers 250) a eu recours à une méthode plus téméraire : il a modifié la prière de Jésus pour la rendre conditionnelle, comme la prière de Jésus dans le jardin de Gethsémani, en ajoutant la phrase " s'il est possible " - ce qui implique que, tout comme il s'est avéré impossible de laisser passer la coupe de la souffrance, il n'était pas non plus possible de pardonner aux responsables de la crucifixion du Christ, compte tenu de leur non-repentance.

Cette utilisation de la destruction de Jérusalem comme lentille interprétative n'était pas limitée aux commentateurs de l'Église primitive, mais était également employée par les copistes. Eldon Epp, dans son livre, The Theological Tendency of Codex Bezae Cantebrigiensis in Acts, a consacré un chapitre au sujet des tendances anti-judaïques dans le texte du Codex D - c'est-à-dire, dans le Texte Occidental qui est affiché dans le Codex D. Epp a montré qu'une tendance scribale à modifier les caractéristiques du texte qui pourrait être compris pour excuser ou réduire la culpabilité des Juifs pour la mort de Jésus est discernable dans le Texte Occidental. (C. K. Barrett a écrit une réponse à l'affirmation d'Epp, la contestant, mais les réponses de Barrett, pour la plupart, sont loin d'être efficaces ; c'est comme regarder quelqu'un transformer "ils l'ont tué" en "ces méchants se sont délibérément rebellés et l'ont tué" et ensuite se faire dire que la personne qui a fait les changements essayait simplement de rendre la phrase plus claire).

Westcott et Hort, en 1881, avaient peu de raisons de soupçonner que le texte trouvé dans leur manuscrit favori pouvait être contaminé par des lectures occidentales. Cependant, la découverte du Codex Glazier (G67) des Actes montre que le Texte Occidental fut utilisé à une période précoce en Égypte. (Bien que James White ait répandu l'affirmation que "Chacun des manuscrits de papyrus que nous avons découvert" représente le texte alexandrin (voir KJV-Only Contro-versy, page 152, édition 1995), c'est tout simplement faux ; les papyrus qui ont un texte qui n'est pas alexandrin incluent P29, P38, P45 (qui est un manuscrit assez substantiel), P48, P54, P59, P69, et P88).

Le texte égyptien du Codex Glazier confirme l'ancienneté de la tendance antijudaïque qui se manifeste dans le texte grec et latin du Codex Bezae : en Actes 10,39, il ne suffit pas de dire simplement qu'"ils" ont tué Jésus ; il y a, dans le Codex Glazier, une altération, précisant que les Juifs l'ont rejeté et tué. (Selon Epp, cette lecture est soutenue par le Codex Legionensis en vieux latin, MS VL 67. Malheureusement, cette variante n'a pas été retenue pour être mentionnée dans l'appareil de la 27e édition du Nestle-Aland Novum Testamentum Graece).

Sans plus attendre, voyons ce que tout cela implique :

            ● Les scribes qui ont réalisé la forme occidentale du texte des Évangiles et des Actes dans les années 100 et 200 avaient un parti pris contre les Juifs, les considérant comme collectivement responsables de la mort du Christ et comprenant la destruction de Jérusalem comme une preuve que Dieu ne leur avait pas pardonné. Cela a affecté leur traitement de certains passages.

            ● Divers auteurs patristiques des années 100 et 200 (et plus tard) expriment l'opinion que la nation juive dans son ensemble n'aurait pas pu être pardonnée pour la crucifixion du Christ ; ceux qui acceptent Luc 23:34a ont tendance à se sentir obligés d'expliquer que cela ne signifie pas que les Juifs ont été pardonnés à ce moment-là.

            ● Certains auteurs ont modifié le texte de Luc 23:34a pour qu'il s'imbrique dans leur compréhension que la destruction de Jérusalem signalait que Dieu n'avait pas pardonné aux Juifs. (La Didascalie a ajouté : " si c'est possible ; " Grégoire de Nysse et d'autres ont changé " pardonner " en " supporter ". ”)

            ● Dans le Codex D - le manuscrit grec phare du Texte occidental - Luc 23:34a est absent. Le copiste de D n'a pas créé cette lecture ; elle est également partagée par le Codex Vercellensis en vieux latin et le Syriaque sinaïtique ; ces trois témoins font écho à une forme plus ancienne du texte.

            ● Le texte occidental, et le sentiment antijudaïque de ses créateurs, ont circulé en Égypte, comme le montrent le codex Glazier et d'autres preuves.


Ainsi, l'hypothèse selon laquelle les copistes égyptiens, vers la fin du deuxième siècle, avaient connaissance de deux formes du texte de Luc 23:34 - l'une (reprise par Sinaiticus, C, L, 33, 892, et al) qui contenait "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font", et l'autre (reprise par P75 et Vaticanus) qui ne le contenait pas, a une force considérable. Mais un examen des alliés de P75 et B dans ce cas - D, a, d, le syriaque sinaïtique - nous informe que cette lecture est d'origine occidentale.

Une fois que cette lecture (ou, plutôt, cette omission) fut connue en Égypte, il fut très difficile pour les scribes de résister à son adoption, car elle était conforme à leur compréhension que la destruction de Jérusalem impliquait que les Juifs, collectivement, étaient impardonnables. Plutôt que de faire face aux moqueries et aux questions prévisibles que l'inclusion de ces mots susciterait, ils conclurent qu'une telle déclaration ne pouvait être originale, et ils adoptèrent donc l'omission (qui apparut d'abord dans une partie du Texte Occidental) dans une partie du flux de transmission alexandrin.


Cette conclusion - qu'un préjugé scribal a provoqué l'omission de Luc 22:34a, et l'adoption de cette omission - est confirmée par l'observation que la phrase est omise dans un petit nombre de manuscrits byzantins. Plutôt que de suggérer que ces copies particulières sont d'une manière ou d'une autre généalogiquement liées à des manuscrits tels que P75 et B, cela montre qu'un facteur non textuel - le préjugé anti-judaïque des scribes - pourrait indépendamment susciter l'omission de cette phrase dans des témoins non liés.

Dans la mesure où "Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font" se trouve dans Luc 23:34 dans une majorité massive de manuscrits grecs représentant de multiples branches de transmission, ainsi que dans des preuves versionnelles massives, et est soutenu par des preuves patristiques très anciennes et très répandues, et dans la mesure où il y a des preuves convaincantes que sa lecture rivale est le résultat des préjugés des scribes contre les Juifs, je conclus que cette phrase est originale de Luc.


Et puisqu'il s'agit d'une Écriture inspirée, n'incitons pas perpétuellement les lecteurs de la Bible à mettre en doute son autorité en introduisant des notes de bas de page trop simplifiées, comme si nous souffrions de l'illusion que de telles notes vagues rendent justice à l'évidence. Reconnaissons qu'elle est originale - et soyons donc enclins à pardonner, et à aspirer au pardon de ceux qui ne connaissent pas la volonté de leur Maître.




[1] La version originale est disponible ici https://www.academia.edu/32432708/LUKE_23_34a_ANSWERING_THE_APOLOGISTS

(je partage son article sur mon site avec son accord)

0 commentaire

Posts récents

Voir tout