Rechercher
  • ProEcclesia bloger

Plus de 90 spécialistes disent que la crucifixion est historique !

Dernière mise à jour : il y a 7 jours




Przemyslaw Turek

Orientaliste polonais, arabisant, linguiste, professeur associé à l'université Jagellon  

"Il n'y a aucune raison scientifique de mettre en doute l'existence de Jésus en tant que personnage historique authentique. Cela signifie que tous les érudits qui reconnaissent l'historicité de Jésus, au moins en tant que maître et guérisseur juif, acceptent le fait de sa mort sur la croix. Les raisons et les détails de la crucifixion donnés par les commentateurs des sources historiques varient. Une chose reste invariable : Jésus a été condamné à mort et crucifié à Jérusalem sur ordre du préfet romain de Judée, Ponce Pilate, très probablement sous l'accusation d'incitation à la rébellion contre l'Empire romain. [...] Si nous nous référons aux versets du Coran, les détails historiques de la vie et du ministère de Jésus ne peuvent être retrouvés. Il semble que la dissimilitude entre le Jésus de l'histoire universelle et le Christ de la foi islamique s'accorde parfaitement avec le message du Coran. Jésus a été placé dans une longue colonne de prophètes et pour les commentateurs islamiques, il n'y a aucune raison de chercher l'historicité de cette personne en dehors du texte coranique, sans parler de la cohérence de l'histoire du Christ. Pour le chercheur non sectaire habitué à l'herméneutique basée sur l'exégèse critique du texte biblique et sa comparaison avec d'autres sources non bibliques, le Jésus de l'histoire est le Jésus qui a vécu au premier siècle en Palestine, qui était enseignant et guérisseur, qui avait de nombreux disciples, etc. etc. et qui a finalement été condamné à mort et est mort sur la croix à cause de ses enseignements ou de ses actes plutôt révolutionnaires. L'abondance des sources laisse les érudits plus ou moins convaincus de son historicité ; du moins, presque personne ne nie son existence, sa crucifixion et sa mort. "

https://www.academia.edu/2506607/Przemysław_Turek_Crucifixion_of_Jesus_Historical_Fact_Christian_Faith_and_Islamic_Denial?email_work_card=view-paper



Daniel Marguerat

Bibliste et exégète à l’université de Lausanne. 

« Quelques repères surs demeurent : le baptème de Jesus au seuil de son ministère public ; son son activité essentiellement déployée en Galilée ; une pratique forte de la guérison ; un conflit montant avec les autorités religieuse d’Israel ; une dernière période à Jérusalem marquée par l’éclatement de la crise ; son exécution décidée par les romains sur dénonciation juive. Hors de ces repères, localiser chronologiquement et géographiquement les matériaux de la tradition de Jésus relève de l’hypothèse hasardeuse. » 

Histoire du Christianisme, le nouveau peuple (des origines à 250) tome 1 pp14-15



Pinchas Lapide  

Était un théologien juif et historien israélien. 

« La mort de Jésus de Nazareth sur la croix... peut être considérée comme historiquement certaine » 

The Ressurectinon of Jesus: A Jewish Perspective, p32. 



Geza Vermes 

Est un historien juif spécialiste de l'histoire des religions, titulaire d'un doctorat en théologie et en lettres, ancien professeur à l'université d'Oxford.  

« La passion de Jésus fait partie de l'histoire »  

 The Passion, P9.



Craig Keener  

Est un universitaire nord-américain et professeur de Nouveau Testament au Asbury Theological Seminary . 

« Prétendre que Jésus est mort par la crucifixion n'est pas non plus controversé » 

The Historical Jesus of the Gospels, p323.



Michael McCrum 

Est un universitaire anglais et historien, il a été vice-chancelier de l'Université de Cambridge, maître du Corpus Christi College de Cambridge et chef des écoles Tonbridge School et Eton College. 

« Le fait que Jésus ait été crucifié par des soldats romains pendant le mandat de Ponce Pilate est l'événement le plus attesté de tout le Nouveau Testament. Le récit de la Passion est reconnu comme historiquement le plus fiable et la partie la plus complète de l’histoire évangélique » 

The Man Jesus Fact and Legend, p114. 



Richard W. Kropf 

Ordonné prêtre en 1958 et a été curé pendant plusieurs années avant de se spécialiser en théologie philosophique et systématique. Il a obtenu un doctorat en théologie à l'Université d'Ottawa et à l'Université St-Paul au Canada. 

« Rien n’est plus vérifiable historiquement à propos de Jésus que [le fait] qu’il a été crucifié, mourut, et fut enterré » 

Brealing Open the Creeds: What Can They Mean for Christians Today ? Chap8.  



Robert L. Webb

Est le rédacteur en chef du Journal for the Study of the Historical Jesus et de la série de monographies Library of Historical Jesus Studie  Donne des conférences au département d'études religieuses de l'Université McMaster, Hamilton, ON, Canada. .

« L’historicité de la crucifixion est largement incontestée » 

Key Events in the Life of the Historical Jesus: A Collaborative Exploration of Context and Coherence, p342.   



Gerd Lüdemann 

Érudit athée allemand du Nouveau Testament. Il a enseigné cette matière de 1983 à 1999 à la Faculté de théologie de l'Université de Göttingen. Depuis 1999, il y enseigne avec un statut particulier de chaire d'histoire et de littérature du christianisme primitif. 

« Le fait de la mort de Jésus comme conséquence de la crucifixion est incontestable, malgré les hypothèses de pseudo-mort ou de tromperie parfois avancées »

 What Really Happened to Jesus: A Historical Approach to the Resurrection, p167  



Craig Bloomberg  

Professeur émérite du Nouveau Testament au Denver Seminary dans le Colorado, son domaine d'expertise académique est en autre le Nouveau Testament, le Jésus historique ,et la la fiabilité historique des Écritures.  

« Un accent sur les actes de Jésus. Assez différent de Bultmann et de la plupart de ses disciples,beaucoup de personne de la "troisième quete" se concentrent plus sur les actes de Jésus que sur ses paroles. Ils soulignent qu'il faut rendre compte de manière adéquate du fait incontestable de la crucifixion de Jésus par Ponce Pilate et que ses enseignements seuls n'ont pas été une cause suffisante de son exécution »  

Jesus and the Gospels: An introduction and Survey, pp239-240. 



Charles Francis Digby Moule 

Prêtre anglican et théologien. Il a été un éminent érudit du Nouveau Testament et a été professeur de théologie de Lady Margaret à l'Université de Cambridge. 

« Il y a de bonnes raisons pour croire que les Ecritures canoniques Chrétiennes contiennent les traditions les plus anciennes et les plus authentiques à propos de Jésus de Nazareth. Qu’il soit mis à mort par crucifixion est aussi fermement établi que toute autre chose en histoire »

 Christ Alive and at Large, p164.  



Joan E. Taylor

Historienne du christianisme primitif, des manuscrits de la mer Morte et du judaïsme du Second Temple. 

« Il est presque certain que la crucifixion de Jésus se soit réellement passée, et par conséquent il n’est pas surprenant que la communauté des Chrétiens à Jérusalem passe en mémoire le lieu de cet évènement critique »

 Christians and the Holy Places: The Myth of Jewish-Christian origins, p143.  



Bart Ehrman 

Ex-chrétien spécialiste américain du Nouveau Testament, actuellement Professeur Émérite d'Études Religieuses à l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. 

« Cet espoir que Jésus puisse être le messie est complètement démenti par les faits historiques : Jésus n’a jamais levé d’armée, n’a jamais chassé les Romains de la Terre promise, et n’a pas non rétabli la souveraineté d’Israël sur sa terre. Par contre il a été crucifié. Pour ses disciples, cela démontre que leur foi n’est pas fondée »  

La construction de Jésus aux sources de la religion chrétienne, p313



Watson E. Mills 

Professeur d’Etudes du Nouveau Testaments dans le Département Robert du Christianisme à l’Université Mercer. 

« Il n’y a pas de controverse historique sur le fait que Jésus était connu comme ‘Christ’, qu’il fut (comme les crédos disent), ‘crucifié sous Ponce Pilate’ » 

The Gospels (volume 6 of the Mercer Commentary on the Bible) introduction XXXIX.



Pheme Perkins 

Professeure de théologie au Boston College. Elle est une experte de renommée nationale sur le cadre culturel gréco-romain du christianisme primitif, 

« Un des faits historiques les plus certains à propos de Jésus est qu’il fut condamné par le préfet Romain de Judée, Ponce Pilate » 

Reading the New Testament: An Introduction, p72.



Gerd Theissen 

Bibliste protestant allemand, professeur émérite d'exégèse du Nouveau Testament à l'université de Heidelberg. 

« Ce n'est pas le fait de la crucifixion qui suscite l'incertitude, mais l'interprétation de son sens » 

Jesus Research: New Methodologies and Perceptions, p235.



François Bovon 

François Bovon a obtenu une licence en théologie de l'université de Lausanne et un doctorat en théologie à l'université de Bâle, il y a enseigné le Nouveau Testament, et la littérature chrétienne ancienne; professeur honoraire de l'université de Genève, il y a enseigné de 1967 à 1993 à la Faculté autonome de théologie protestante. 

« Cette condamnation par Pilate, attestée par des sources anciennes et indépendantes, est un fait historiquement certain : c'est même le fait de la vie de Jésus le mieux établi. Tous les savants, juifs et chrétiens, l’admettent aujourd’hui » 

Les derniers jours de Jésus: textes et événements, p35.



Helen K. Bond 

Spécialiste du Nouveau Testament, Professeure des origines du Christianisme Bond est directrice du Centre for the Study of Christian Origins depuis 2011 et depuis 2018, elle est directrice de la School of Divinity de l'Université d’Édimbourg.

« La seule chose dont nous sommes sûrs à propos du Jésus historique, c'est qu'il est mort et qu'il est mort de la manière la plus abominable, cruelle et honteuse qui soit - sur une croix romaine » 

The Historical Jesus: A Guide for the Perplexed, p152.



Simon Claude Mimouni

S.Claude est un historien spécialisé dans le domaine de l'histoire des religions, notamment du christianisme et du judaïsme.

« Peu de personnage de l'antiquité bénéficient d'une attestation documentaire aussi riche d'un point de vue quantitatif comme qualitatif. La diversité documentaire concernant Jésus conduit l'historien à classer les nombreux témoignages pour les utiliser dans sa recherche avec un maximum de rigueur : certains sont plus anciens que d'autres, certains sont moins faibles que d'autres quant à l'objectivité de l'information. Les sources romaines comme les sources judéennes apportent deux éléments de valeurs sur le plan historique : la mort de Jésus sous Ponce Pilate et l'attribution à Jésus d'un titre politico religieux » 

Le Christianisme des origines à Constantin, p80 



Raymond E. Brown

Était Prêtre sulpicien américain, théologien, bibliste et exégète. 

« À part quelques romanciers pour lesquels Jésus n’est pas mort sur une croix, mais s’est réveillé dans le tombeau pour fuir en Inde avec Marie Madelaine, la plupart des auteurs acceptent le témoignage unanime des évangiles selon lequel Jésus est mort durant la préfecture judéenne de Ponce pIlate, habituellement datée de 26 à 36. » 

La mort du Messie encyclopédie de la passion du Christ, p1511.  



James Dunn

Est un bibliste britannique spécialisé dans l'étude du Nouveau Testament, professeur émérite de théologie à l'université de Durham.

« Deux faits dans la vie de Jésus commandent un assentiment presque universel. Ils mettent entre parenthèses les trois années pour lesquelles on se souvient le plus de Jésus, l'œuvre de sa vie, sa mission. L'un est le baptême de Jésus par Jean. L'autre est sa mort par la crucifixion. Parce qu'ils se situent si haut sur l'échelle des " faits " historiques dont il est " presque impossible de douter ou de nier ", ils constituent des points de départ évidents pour tenter de clarifier le quoi et le pourquoi de la mission de Jésus. »    

Christianity in the making Jesus Remembered, p339. 



Francis J. Beckwith 

Philosophe, professeur universitaire, conférencier, écrivain. Il est actuellement professeur de philosophie et d’études confessionnelles, directeur associé du programme de deuxième cycle en philosophie et codirecteur du programme d’études philosophiques de la religion à l’Institut d’études de la religion (ISR) de la Baylor University. Ancien directeur associé de l'Institut JM Dawson de Baylor pour les études sur l'Église et l'État. Beckwith travaille dans les domaines de l'éthique sociale, de l'éthique appliquée, de la philosophie juridique et de la philosophie de la religion.

« Presque tous les érudits sont d’accord que Jésus mourut par crucifixion » 

David Hume’s Argument Against Miracles: A Critical Analysis, p65.  



Adam S. Francisco 

Professeur adjoint de théologie historique. 

« L’évidence de l’histoire est très claire à propos de certains faits concernant Jésus. Il fut crucifié et mourut sur une croix romaine » 

The resurrection fact responding to modern criticism, p56.  



Christopher Tuckett 

Universitaire biblique britannique est un prêtre anglican. Il est titulaire du titre de distinction de professeur d'études du Nouveau Testament à l' Université d'Oxford et membre du Pembroke College d’Oxford. 

« Un des faits incontestables concernant Jésus est qu'il a été crucifié. » 

The Cambridge Companion to Jesus, p136.  



Paula Fredriksen

Historienne américaine, spécialiste des questions religieuses. Elle occupe la chaire dite « William Goodwin Aurelio Professor of the Appreciation of Scripture » à l'université de Boston. Elle a reçu un doctorat en histoire des religions à l'université de Princeton et un diplôme de théologie à l'université d’Oxford. 

« Le seul fait le plus solide concernant la vie de Jésus est sa mort ; il fut exécuté par le préfet Romain Ponce Pilate, pendant ou proche de la Pâque, de la manière dont Rome réservait particulièrement aux rebelles politiques, c’est-à-dire la crucifixion » 

Jesus of Nazareth King of the Jews, p8. 



Gary Robert Habermas 

Historien américain, érudit du Nouveau Testament, philosophe des religions. 

« Même les érudits sceptiques sont fondamentalement unanimes sur le fait que Jésus est mort par crucifixion romaine, comme le confirment certaines des données les plus concrètes du monde antique » 

Evidence for the Historical Jesus: Is the Jesus of History the Christ of Faith? p50.  



Jean Christian Petit-Fils

Écrivain et Historien.  

"Bref l’existence historique au 1er siècle de notre ère d’un rabbi juif nommé Iéshoua , qui attirait les foules par son charisme extraordinaire et son enseignement, et son crucifiement à Jérusalem par ordre de Ponde Pilate, préfet de Judée de 26 à 36 à la demande des grands prêtres Hanne et Josèph dit Caiphe, son gendre, son des faits indéniables, admis aujourd’hui par tous les historiens sérieux, croyants ou non."

L’Église en procès la réponse des historiens, pp19-20.  



Craig A.Evans 

Est professeur éminent des origines chrétiennes à la Houston Baptist University  Avant Houston Baptist, il était professeur distingué du Nouveau Testament et directeur du programme d’études supérieures à l'Acadia Divinity College de Wolfville , en Nouvelle-Écosse et fait régulièrement des conférences sur l’archéologie et la bible.  

« Si Jésus n'avait pas été exécuté, si Jésus n'avait pas été crucifié, pourquoi inventer une histoire aussi absurde ? Non, la mort de Jésus n'est pas une fiction. C'est une terrible réalité historique. »  

Jesus and the Remains of His Day, p148.



Mark Allan Powell 

(Ph.D Union Theological Seminary ) est professeur duNouveau Testament au Trinity Lutheran Seminary de Columbus, Ohio . Il est rédacteur en chef du HarperCollins Bible Dictionary et auteur de plus de 1 00 articles et 25 livres sur la Bible et la religion, 

« Aux États-Unis, certaines choses peuvent être enseignées sur Jésus dans les écoles publiques: un professeur d'histoire peut dire aux élèves que Jésus était juif, qu'il a enseigné, qu'il a eu des disciples et qu'il a été crucifié - cela est considérés comme des «faits historiques »À propos de Jésus qui peuvent  être présenté sans aucun soupçon que l'enseignant promeut la religion chrétienne. Pourtant, la plupart des gens en Amérique se rendent compte qu'il serait inapproprié pour un professeur d'école publique de dire aux élèves que Jésus est né d'une vierge, qu'il était le Messie ou qu'il est mort pour les péchés des gens. Un enseignant qui a dit de telles choses aurait probablement des problèmes pour enseigner les croyances religieuses plutôt que de simplement présenter des informations historiques. »  

Introducing the New Testament A Historical, Literay and Theological Survey, p87.    



Paul R.Eddy  & Gregory A.Boyd

Paul Eddy est professeur de théologie à l'Université Bethel de St. Paul, Minnesota et Gregory Boyd est un  théologien et figure notable sur le Jésus historique.   

« Une deuxième source de valeur douteuse est le Coran. Le Coran mentionne Marie (par exemple, les sourates 4, 5, 19) et Jésus - ou Isa - plusieurs fois (par exemple, lors de la naissance miraculeuse de Jésus, voir 3:42-49 ; 66:12). Cependant, il existe des raisons importantes de remettre en question le fondement historique d'un certain nombre de ses affirmations sur Jésus. D'une part, le Coran date du septième siècle, bien trop tard pour être pris au sérieux en tant que source indépendante et fiable d'informations sur Jésus. Deuxièmement, on prétend que Jésus n'est pas mort sur une croix mais qu'il a été élevé au ciel par Allah (4:157-58). Cependant, s'il y a un fait de la vie de Jésus qui a été établi par un large consensus, c'est bien le fait de la crucifixion de Jésus. Le fait que le Coran se trompe sur ce point fondamental soulève de sérieuses questions sur la fiabilité historique de toute affirmation qu'il fait au sujet de Jésus. » 

The Jesus Legend A case for the Historical Reliability of the synoptic Jesus tradition.    



John P. Meier 

Docteur en Sciences Bibliques Professeur de Nouveau Testament à l'Université Notre-Dame Indiana/États-Unis, Président de l'Association Biblique des États-Unis Ancien Professeur de Théologie à l'Université catholique d'Amérique -Washington-.  

« Il attire plutôt notre attention sur le fait historique que Jésus a connu une fin violente de la part de responsables juifs et romains et nous demande ensuite quelles paroles et actions historiques de Jésus peuvent expliquer son procès et sa crucifixion en tant que «Roi des Juifs»  

The  Historical Jesus In Recent research, p136.        



Brant Pitre 

Professeur distingué de recherche en Écriture Sainte à l'Institut Augustin, et j'ai reçu mon doctorat en Nouveau Testament et en Judaïsme ancien de l'Université de Notre Dame, Indiana.  Depuis lors, j'ai passé mon temps à enseigner, à écrire et à donner des conférences sur la Bible et sur les racines juives du christianisme.  

« Si il y’a bien  quelque chose que nous savons sur Jésus de Nazareth, c'est qu'il a été mis à mort par crucifixion. Tant les écrits du Nouveau Testament que les anciens textes juifs et Les sources gréco-romaines comme Josèphe, Tacite, et Lucien ont d'accord sur le fait que Jésus a été exécuté par les autorités romaines de son temps. En conséquence, de nombreux savants soulignent que toute enquête véritablement historique sur la vie de Jésus doit pouvoir expliquer pourquoi, dans une perspective historique, il a été crucifié. »  

The case for Jesus The Biblical and Historical Evidence for Christ, p130.  



Marcus Joel Borg 

Erudit américain du Nouveau Testament et théologien. Il fut parmi les voix les plus influentes dans le Christianisme progressif  Comme membre du Jesus Seminar, Borg qui fut une figure majeure dans la recherche du Jésus historique. 

"Bien sûr, la compréhension commune des sources par les spécialistes pourrait être erronée. C'est la nature du travail historique que nous sommes toujours impliqués dans des jugements de probabilité. Il est vrai que certains jugements sont si probables qu'ils sont certains ; par exemple, Jésus a réellement existé et il a réellement été crucifié, tout comme Jules César a réellement existé et a été assassiné" 

The Meaning of Jesus, p236. 



John Dominic Crossan 

Historien des religions spécialisé dans le christianisme ancien. Ancien prêtre catholique, cofondateur du controversé Jesus Seminar. 

« La crucifixion est un fait historique absolument certain » 

Jésús: Biografía revolucionaria, p163.



Luke Timothy Johnson 

Historien américain du Nouveau Testament . Il est professeur Robert W. Woodruff du Nouveau Testament et des origines chrétiennes à la Candler School of Theology et agrégé supérieur de recherche au Center for the Study of Law and Religion à Emory University . 

« Le soutien au déroulement de sa mort, à ses acteurs, et peut-être à ses co-acteurs, est écrasant : Jésus a subi un procès avant sa mort, a été condamné et exécuté par la crucifixion. » 

The real Jesus, p125.   



Richard Bauckham

Spécialiste du Nouveau Testament, professeur émérite à l'université de St Andrews en Écosse. 

« La crucifixion de Jésus est peut-être indubitable, mais elle n'a pas plus d'importance que le fait que des milliers d'autres personnes l'ont sans doute été en son temps. » 

Jesus and the eyewitnesses, p4.    



Mike Licona

Professeur associé en théologie à l'Université baptiste de Houston, TX, États-Unis, ainsi que chercheur invité à l'Université du Nord-Ouest, Afrique du Sud. 

« La mort de Jésus par la crucifixion est considérée comme incontestable par un consensus presque universel et hétérogène des universitaires modernes qui ont écrit sur le sujet » 

The quest for the Real Jesus, p108.    



Norman L.Geisler & Joseph M.Holden

Geisler était un théologien et philosophe chrétien américain. Il était le co-fondateur de deux séminaires évangéliques non confessionnels ( Veritas International University et Southern Evangelical Seminary ). Joseph M.Holden Est le président et le cofondateur du séminaire évangélique Veritas à Murrieta, en Californie. Il a obtenu sa licence à l'université de Western Illinois et son doctorat en apologétique au Southern Evangelical Seminary de Charlotte, en Caroline du Nord. Il est également titulaire d'un doctorat en théologie de l'université du Pays de Galles à Lam- peter, au Pays de Galles. 

« Le fait que le Christ soit mort par crucifixion et que les Romains aient pratiqué cette forme de peine capitale au premier siècle de notre ère pendant la vie du Christ est aujourd'hui bien établi » 

The popular handbook of archeology and the Bible, p310.   



Peter J.Williams

Directeur de Tyndale House, Cambridge, président de l'International Greek New Testament Project et membre du ESV Translation Oversight Committee. 

« Il y a de nombreux détails dans les Evangiles que les auteurs n'auraient probablement pas inventés. Bien que l'on puisse généralement penser à des raisons complexes pour lesquelles quelqu'un pourrait les inventer, ce ne sont pas les explications les plus simples. L'explication la plus simple est que ces rapports sont vrais. L'exemple le plus évident est la mort honteuse de Jésus par la crucifixion, qui était bien sûr la façon dont les Romains montraient qu'ils étaient responsables et celui qui a été crucifié a été un échec. »

Can we trust the Gospels ?, p114. 



Larry Hurtado 

Était un spécialiste américain du Nouveau Testament et un historien du christianisme primitif.

"L'écrasante majorité des spécialistes du Nouveau Testament, des origines chrétiennes, de l'histoire ancienne, du judaïsme ancien, de la religion de l'époque romaine, de l'archéologie/histoire de la Judée romaine et de nombreux autres domaines connexes estiment qu'il y avait au premier siècle un juif connu sous le nom de Jésus de Nazareth, qu'il s'est livré à une prédication itinérante et à une activité prophétique en Galilée, qu'il a attiré à lui une bande de proches disciples et qu'il a été exécuté par le gouverneur romain de Judée, Ponce Pilate."

https://larryhurtado.wordpress.com/2017/12/02/why-the-mythical-jesus-claim-has-no-traction-with-scholars/



Gerald O'Collins 

Est un prêtre jésuite australien, auteur, universitaire et éducateur. Il est actuellement professeur de recherche et écrivain en résidence au Jesuit Theological College (JTC) à Parkville, Victoria , et professeur de recherche en théologie au St Mary's University College à Twickenham . Pendant plus de trois décennies, il a été professeur de théologie systématique et fondamentale à l' Université pontificale grégorienne (Rome).

"Comme beaucoup d'autres éléments de l'histoire de Jésus, les événements auraient pu suivre un cours différent. Il aurait pu, par exemple, être lapidé à mort comme Étienne ou décapité comme Jean-Baptiste. Mais, en fait, il est mort par crucifixion et, dès le début du christianisme, les croyants se sont sentis appelés à contempler et à réfléchir à la signification de la mort réelle de Jésus."

 Christology A Biblical, Historical and Systematic of Jesus, p287.



Catherine Murphy 

A Obtenu un BA en histoire de l'Université de Santa Clara, une maîtrise en catéchétique de l'Université de Santa Clara, ainsi que sa maîtrise et son doctorat. en Nouveau Testament et Christianisme primitif du Département de théologie de l'Université de Notre-Dame. Ses recherches explorent l'interaction entre les idéologies religieuses et les pratiques économiques dans le judaïsme et le christianisme au tournant de l'époque (100 BCE – 200 CE).

"L'un des faits les plus sûrs concernant le Jésus historique est qu'il a été crucifié sur la croix par les Romains en collaboration avec un petit groupe d'aristocrates juifs de premier plan."

The Historical Jesus for Dummies, p17.



Philip Maurice Casey

Était un érudit britannique du Nouveau Testament et du christianisme primitif . Il était professeur émérite à l' Université de Nottingham , après y avoir été professeur de langues et de littérature du Nouveau Testament au Département de théologie.

En particulier, on ne s'attendait pas à ce qu'il soit un roi ou un chef militaire, et étant donné qu'il s'est délibérément rendu à Jérusalem pour mourir d'une mort expiatoire pour la rédemption d'Israël, sa crucifixion n'a donné à ses disciples aucune raison de douter que Dieu l'avait envoyé. [...] Ainsi s'achève ma tentative de reconstituer ce que nous pouvons savoir du Jésus de l'histoire à partir des sources primaires qui subsistent. J'espère que les lecteurs trouveront ce travail aussi précis et éclairant qu'il est possible à un historien indépendant de le faire. Je n'ai pas tenté de l'adapter à l'image de Jésus requise par un quelconque sous-groupe social, qu'il soit chrétien, juif ou athée. J'espère qu'il intéressera les personnes qui s'attachent sincèrement aux preuves et aux arguments.

Philip Maurice Casey, Jesus of Nazareth, p506 & 508



Stanley E. Porter & Stephen J. Bedard

Stanley E. Porter est professeur du Nouveau Testament au McMaster Divinity College, il est titulaire d'une maîtrise de la Claremont Graduate School et de la Trinity Evangelical Divinity School, et d'un doctorat de l'Université de Sheffield. Stephen J. Bedard est titulaire d'un M.Div. et d'un M.Th. du McMaster Divinity College.

"En conséquence, même ceux qui sont fortement impliqués dans la question de savoir ce que l'on peut connaitre sur le Jésus historique conviennent qu'il y a un certain nombre de choses que nous savons avec certitude sur ce que Jésus a fait, et même prononcés. Ceux-ci incluent le fait qu'il a été baptisé par Jean le baptise, a eu un épisode dans le temple, a appelé des disciples, a raconté des paraboles, a été arrêté et crucifié sous Ponce Pilate, etc."

Stanley porter & Stephen Bedard, Unmasking the Pagan Christ, p120



Ed P. Sanders

Sanders est un théologien et bibliste américain, spécialiste du Nouveau Testament et figure majeure de la nouvelle perspective sur Paul. Il est professeur émérite à l’université Duke et membre de la British Academy.

"Il n'y a pas de doutes substantiels sur le déroulement général de la vie de Jésus : quand et où il a vécu, approximativement quand et où il est mort, et le genre de choses qu'il a faites pendant son activité publique. Lorsque nous commençons à sonder sous la surface, des difficultés et des incertitudes apparaissent, mais pour l'instant nous resterons à la surface. Je vais d'abord proposer une liste de déclarations sur Jésus qui répondent à deux critères : elles sont presque incontestables et elles appartiennent au cadre de sa vie, et surtout de sa carrière publique. (Une liste de tout ce que nous savons sur Jésus serait sensiblement plus longue). Jésus est né vers 4 avant J.-C., à peu près au moment de la mort d'Hérode le Grand ; Il a passé son enfance et ses premières années d'adulte à Nazareth, un village de Galilée ; Il a été baptisé par Jean le Baptiste ; il a appelé des disciples il a enseigné dans les villes, villages et campagnes de Galilée (apparemment pas dans les villes) ; il a prêché "le royaume de Dieu" ; vers l'an 30, il se rend à Jérusalem pour la Pâque ; il crée des troubles dans le quartier du Temple ; il a pris un dernier repas avec les disciples ; il a été arrêté et interrogé par les autorités juives, en particulier par le grand prêtre ; il a été exécuté sur l'ordre du préfet romain, Ponce Pilat."

Ed P. Sanders, The historical figure of Jesus, pp10-11



N. T. Wright & Michael Bird

N. T. Wright est un érudit anglais du Nouveau Testament , théologien paulinien et évêque anglican. En 2019 il est devenu chercheur principal au Wycliffe Hall de l' Université. d'Oxford. Michael Bird est doyen des études et conférencier au Ridley College, il été diplômé à l' Université de Queensland.

"Les évangiles, en fait, ne sont pas simplement des dépositaires d'une vérité intemporelle, ou des traités sur la foi, l'auto-authenticité, ou même la théologie ; ils parlent en fait de Jésus. La "quête" historique, au fond, ne doit pas nécessairement être une tentative d'écrire un "cinquième" évangile ou un évangile "alternatif" aux quatre que nous avons. Elle peut être la tentative de comprendre ce que signifiaient réellement, en termes historiques du premier siècle, les quatre que nous avons.

Tout cela est important, car l'intérêt d'avoir Jésus au centre d'une religion ou d'une foi, c'est que l'on a Jésus : non pas un chiffre, une étrange silhouette de Christ, ni une icône, mais le Jésus que les auteurs du Nouveau Testament connaissent, celui qui est né en Palestine sous le règne d'Auguste César et qui a été crucifié à l'extérieur de Jérusalem sous le règne de son successeur Tibère. Si nous fermons cette référentialité historique, ou si nous la supposons simplement, sans nous salir les mains dans des fouilles textuelles et historiques, nous cessons de lire les évangiles comme ils ont été conçus, comme des témoins historiquement enracinés du Jésus raconté par ses disciples."

The New Testament in Its World: An Introduction to the History, Literature, and Theology of the First Christians, Part 3.8



Michael Bird

(autre citation de Bird)

Un événement indubitable de la vie de Jésus est qu'il a été crucifié par les Romains sous l'accusation d'être un prétendant messianique et qu'on lui a attribué le titre de "Roi des Juifs" sur la croix.

Dictionary of Jesus and the Gospels, p119



Trent Horn

Trent Horn est titulaire d'une maîtrise en théologie de l'Université franciscaine de Steubenville, d'une maîtrise en philosophie du Holy Apostles College, et poursuit une maîtrise en bioéthique à l'Université de Mary.

L'une des inexactitudes les plus flagrantes du Coran, cependant, n'est pas scientifique mais historique. À part les mythistes qui croient que Jésus-Christ n'a jamais existé, les musulmans sont le seul groupe qui nie le fait bien accepté que Jésus est mort par crucifixion. Le Coran dit dans la sourate 4:157 :

pour avoir dit "Nous avons tué le Messie, Jésus fils de Marie, l’Apôtre d’Allah !, alors qu’ils ne l’ont ni tué ni crucifié, mais que son sosie a été substitué à leurs yeux. En vérité, ceux qui s’opposent, à l’égard de [Jésus], sont certes dans un doute à son endroit. Ils n’ont nulle connaissance de [Jésus] ; ils ne suivent que conjecture et n’ont pas tué [Jésus] en certitude."

Cela devrait nous faire sérieusement douter de la fiabilité du Coran, car presque tout le monde, y compris les non-chrétiens, s'accorde à dire que Jésus a été crucifié et est mort.

Counterfeit Christs Finding the Real Jesus Among the Impostors, Chap 8




Bruno Bioul

Bruno Bioul est historien et archéologue, il est chargé d'enseignement à l'université de Bourgogne et il est le rédacteur en chef de la revue d'archéologie et d'histoire Archéothéma.

A vrai dire, ce que l'on sait de Jésus se résume en peu de chose. Cependant, on est capable aujourd'hui de les décrire avec de plus en plus de précision ; [...] monté à Jérusalem pour célébrer la pâque, il sera arrêté de nuit, comparaîtra devant le sanhédrin puis sera conduit chez Ponce Pilate qui, par peur de la foule, et plus surement pour des motifs politiques comme le souligne S. Lésasse, le fera crucifier.

Jésus au regard de l'Histoire, p3



Daniel J. Harrington

Harrington a obtenu une licence en lettres classiques et en philosophie en 1964 et une maîtrise en philosophie en 1965 au Weston College/Boston College. Il a obtenu son doctorat en langues et littératures du Proche-Orient à l'Université de Harvard en 1970. Son BD/MDiv est issu de la Weston Jesuit School of Theology/Boston College. Après avoir enseigné pendant un an au séminaire St. Mary of the Lake à Mundelein, IL, en 1971-1972, il a passé le reste de sa carrière universitaire en tant que professeur de Nouveau Testament à la Weston Jesuit School of Theology à Cambridge

L'étude des évangiles et l'application de ces critères historiques permettent d'élaborer un schéma de la carrière publique de Jésus. Ayant été élevé à Nazareth en Galilée, Jésus a accepté le baptême de Jean et a peut-être été membre du mouvement de Jean.

Lorsque Jésus est parti de son propre chef pour poursuivre et adapter la mission de Jean, il a rassemblé des disciples près de la mer de Galilée, à Capharnaüm, dont certains étaient des disciples de Jean. Il a passé une grande partie de sa vie publique à prêcher sur le royaume de Dieu et la manière de s'y préparer. Il guérissait également les malades en signe de la présence du royaume de Dieu.

Avant la Pâque, au printemps de l'an 30, Jésus et ses disciples ont fait un long voyage vers Jérusalem. Là, il a poursuivi son ministère d'enseignement et de guérison, mais il s'est heurté à une forte opposition de la part d'autres Juifs (en particulier les fonctionnaires du temple et les scribes) et des autorités romaines. Sous la direction du préfet romain Ponce Pilate, Jésus a été exécuté par crucifixion en tant que rebelle et fauteur de troubles religieux.

On dit aussi qu'il est réapparu vivant à certains de ses disciples.

Jesus a Historical Portrait, chap1



Robert M. Bowman Jr & J. Ed Komoszewski

Bowman a obtenu une maîtrise en études bibliques et en théologie du Fuller Theological Seminary en 1981, a fait des études doctorales en apologétique chrétienne au Westminster Theological Seminary et a obtenu son doctorat en études bibliques au South African Theological Seminary. J. Ed Komoszewski est titulaire d'un ThM du Dallas Theological Seminary, il a enseigné au Northwestern College et au Bethlehem College & Seminary.

Il existe des religions qui avancent des théories très révisionnistes sur Jésus pour lesquelles les faits connus sont décidément peu commodes. Nous avons déjà mentionné le problème auquel sont confrontés les apologistes musulmans pour concilier l'affirmation du Coran selon laquelle Jésus n'est jamais mort avec les preuves historiques. Quelques religions d'origine moderne, dont la plus célèbre est peut-être l'Église du Christ scientiste (c'est-à-dire la Science chrétienne), nient également la mort de Jésus. Pourtant, le fait le plus certain que l'on connaisse de Jésus est sans doute sa mort par crucifixion.

Jesus, Skepticism & the Problem of History, chap 1



James Hannam

James Hannam est titulaire d'un diplôme en physique de l'Université d'Oxford et d'un doctorat en histoire et philosophie des sciences de l'Université de Cambridge.

En fait, les preuves chrétiennes d'un Jésus humain qui a été crucifié sont dignes de confiance car elles allaient à l'encontre des mythes de l'époque et suggéraient qu'il avait subi une mort humiliante. S'ils l'ont inventé et ont ensuite supprimé la vérité avec une efficacité clinique, pourquoi ont-ils inventé une histoire dont même l'apologiste chrétien Tertullien a admis l'absurdité ? Il semble bien plus probable qu'ils disposaient d'un grand nombre de faits historiques qu'ils ont dû rationaliser pour en faire une religion plutôt que de se créer toutes ces difficultés.

http://www.bede.org.uk/jesusmyth.htm




Joseph A. Fitzmyer

Fitzmyer était un bibliste et théologien américain, prêtre catholique de la Compagnie de Jésus, historien des manuscrits de la mer Morte et spécialiste des langues sémitiques.

Étant donné le caractère du récit de l'enfance que nous venons de décrire, la valeur historique de cette partie de la tradition évangélique a été longuement remise en question. Que Jésus ait exercé un ministère en Galilée, qu'il ait été baptisé par Jean, qu'il ait enseigné avec autorité, qu'il se soit rendu à Jérusalem, qu'il y ait pris un dernier repas avec ses disciples avant d'être trahi par Judas, qu'il ait été crucifié à Jérusalem, qu'il soit mort et qu'il ait été enterré à proximité sont des détails de sa vie peuvent être corroborés en raison de leurs multiples attestations dans le NT lui-même (par exemple, en dehors des Synoptiques et de la Bible). Outre les traditions synoptiques et johanniques à leur sujet, voir 1 Co 11,23-25 ; Ph 3,10 ; Ga 3,13 ; Col 2,14 ; 1 Th 2,14-15 ; 1 Tm 6,13 ; He 6,6

The Gospel According to Luke I-IX, p306



James F. Mcgreth

Mcgreth a obtenu son doctora à l'Université de Durham et enseigne actuellement à l'université Butler. Il est connu pour ses travaux sur le christianisme primitif, le mandéisme, la critique de la théorie du mythe du Christ.

Le fait que Jésus ait été crucifié est une donnée historique sûre et fiable.

The Burial of Jesus What Does History Have to do With Faith ?




Robert H. Stein

Robert H. Stein est titulaire d'un PhD de l'université Princeton Theological Seminary). Il était professeur d'interprétation du Nouveau Testament au Southern Baptist Theological Seminary

La mort de Jésus de Nazareth sur la croix est l'un des événements les plus connus et les mieux attestés de l'histoire. Sa négation n'est pas fondée sur des preuves mais sur des motifs apologétiques. Le fait demeure : Jésus de Nazareth a réellement souffert sous Ponce Pilate, est mort et a été enterré !

Jesus The Messiah, p258



Simon J. Gathercole

Gathercole est professeur du christianisme primitif et directeur d'études au Fitzwilliam College de Cambridge. Il a obtenu son Ph.D à l'université de Durham.

Les documents produits par les écrivains chrétiens, juifs et romains constituent les preuves les plus significatives. Ces abondantes références historiques ne nous laissent guère de doute raisonnable sur le fait que Jésus a vécu et est mort.

https://www.academia.edu/35770953/What_is_the_historical_evidence_that_Jesus_Christ_lived_and_died_Guardian_2017_



Dennis R. Macdonald

Dennis Macdonald est titulaire d'une maîtrise en théologie du McCormick Theological Seminary et d'un doctorat de l'Université Harvard. Macdonald est connu pour être un ultra-critique, il rejette la majorité des paroles attribuées à Jésus et considère les évangiles et le livre des Actes comme étant remplit de mythes. Cependant il reconnait qu'il existe une figure historique de Jésus. Et pour cela il reprend les critères de John P. Meier, dans l'un de ses livres il cite le critère de Meier sur le rejet et l'exécution historique de Jésus. Les deux citations suivantes sont extraites du même chapitre, l'une vient du début du chapitre, l'autre de la fin.

Les critères sont essentiels à la recherche historique de Jésus et, pour les besoins de cette discussion, j'adopterai ceux que privilégie John P. Meier dans A Marginal Jew.

[...]

La sélection par Jésus de douze hommes pour être ses disciples les plus intimes (une tradition attestée à la fois dans 1 Corinthiens et dans l'Évangile perdu) est cohérente avec une réinterprétation ambitieuse des traditions juives. Cette évaluation est également conforme au critère final de Meier.

"Le critère du rejet et de l'exécution de Jésus ... n'indique pas directement si une parole ou un acte individuel de Jésus est authentique. Il attire plutôt l'attention sur le fait historique que Jésus a connu une fin violente aux mains des autorités juives et romaines et nous demande ensuite quelles paroles et quels actes historiques de Jésus peuvent expliquer son procès et sa crucifixion".

Bien que l'auteur n'ait pas raconté la mort de Jésus, il était au courant de celle-ci et de l'hostilité de l'establishment juif à l'égard de ses interprétations controversées des traditions religieuses. Enfin, et surtout, il ne faut pas minimiser les implications politiques radicales pour les autorités romaines d'un prédicateur juif populaire annonçant "le royaume de Dieu est arrivé !". Ce seul fait aurait été suffisant pour le faire crucifier.

Two Shipwrecked Gospels The Logo of Jesus and Papias's Exposition of Logia about the Lord, p544 & 553




John A. Dennis

Dennis est titulaire d'un PhD. Il est Maître de conférences du Nouveau Testament et directeur du MA en théologie intégrative à la School of Theology de Londres

Le fait que Jésus ait été exécuté sous Ponce Pilate est une réalité historique.

Dictionary of Jesus and the Gospels, p172




Ben Witherington III

Witherington est titulaire d'une maîtrise en théologie du Gordon-Conwell Theological Seminary et d'un doctorat en théologie de l'université de Durham

Pourtant, la crucifixion de Jésus est l'une des données historiques fondamentales de ce que nous savons de Jésus, comme l'a reconnu Rudolf Bultmann lui-même !

The Jesus Quest the Third Search for the Jew of Nazareth, p65




Sarah E. Rollens & Anthony Le Donne

Sarah E. Rollens est professeure associée d'études religieuses au Rhodes College. Avant de venir à Rhodes, elle a enseigné des cours d'études religieuses à l'Université de Toronto, à l'Université de Caroline du Nord à Wilmington et à l'Université de l'Alabama. Elle a obtenu son doctorat en étude de la religion en 2013 à l'Université de Toronto. Anthony Le Donne enseigne le Nouveau Testament, le judaïsme du Second Temple et des cours de grec. Ses intérêts de recherche sont les relations judéo-chrétiennes, la recherche historique de Jésus et la théorie de la mémoire sociale. Il est rédacteur en chef du Journal for the Study of the Historical Jesus. Il a obtenu son doctorat à l'Université de Durham au Royaume-Uni.

(Critère de l'embarras) Ce critère suppose qu'une tradition sur Jésus qui est embarrassante ou inconfortable pour ses disciples ultérieurs est moins susceptible d'avoir été inventée par eux et a donc plus de chances d'être authentique pour Jésus. Comme l'explique John Meier, "l'intérêt de ce critère est que l'Église primitive n'aurait guère fait d'efforts pour créer des documents qui n'auraient fait qu'embarrasser leur créateur ou affaiblir leur position dans les discussions avec leurs adversaires". La crucifixion de Jésus est peut-être le meilleur exemple de cette logique. La crucifixion était une forme d'exécution utilisée par Rome pour faire honte aux personnes inférieures qui s'étaient (apparemment) élevées au-dessus de leur classe sociale ou avaient tenté de le faire. La crucifixion était une déclaration politique ironique qui "élevait les gens" qui pensaient qu'ils devaient avoir un statut supérieur à celui que leur classe sociale leur offrait. En d'autres termes, il s'agissait d'un dispositif utilisé pour faire honte aux inférieurs. Le fait que Jésus ait été crucifié montre qu'il était perçu comme inférieur et qu'il était humilié en public. Les historiens ont du mal à expliquer pourquoi une personne qui vénérait Jésus aurait inventé une telle histoire.

[...]

L'un des effets secondaires de cette entreprise est que le Jésus historique continue d'évoluer. Il existe un certain consensus scientifique sur quelques points, c'est certain. Par exemple, il était juif, il croyait que le Dieu d'Israël agirait pour le bien de son peuple, il était perçu comme un exorciste, il avait un groupe de disciples appelé "les Douze", il a été exécuté par Rome. Mais de nombreux aspects de cette recherche resteront (en fait, doivent) non résolus. Par exemple, dans quelle mesure Jésus a-t-il enseigné en paraboles ? Jésus voyait-il ses disciples comme un mouvement social qui s'opposait à la Rome impériale ? Jésus envisageait-il une alternative à la pureté rituelle juive ou au culte du temple ? Autant de questions qui continueront à susciter le débat.

The Cambridge Companion to the New Testament, pp63-64 & 71



Philip L. Tite

Philip Tite est titulaire d'un doctorat de l'université McGill. Ses domaines de recherche concernes le christianisme primitif, l'histoire sociale gréco-romaine, les pratiques épistolaires et rhétoriques anciennes et les méthode et théorie dans l'étude de la religion.

Examinons les méthodes standard utilisées dans la recherche du Jésus historique. Historiquement, nous savons très peu de choses sur Jésus lui-même, à l'exception de ce qui nous est parvenu des mains des chrétiens qui le vénéraient. Certaines sources en dehors du NT mentionnent Jésus, mais elles sont soit très tardives (par exemple, la polémique juive contre Jésus, comme l'accusation selon laquelle son vrai père était un soldat romain), soit une interpolation chrétienne ultérieure (notamment le passage infâme de Josèphe), soit le mentionnent à peine et ne font que répéter ce qui a été appris des chrétiens (par exemple, les auteurs romains Pline le Jeune, Tacite et Suétone). Mais ce que nous pouvons dire est le suivant comme point de départ :

(1) Presque personne ne doute de l'historicité de Jésus. Nous sommes tous d'accord pour dire qu'il a vécu et qu'il est mort. Étant donné qu'il s'agissait d'une personne de classe inférieure, originaire de la périphérie de l'empire, dépourvue de la citoyenneté romaine (et donc de la protection et de l'application régulière de la loi accordées à un citoyen), il n'est pas surprenant que nous en sachions si peu sur lui. En effet, si nous en savions beaucoup sur lui, nous devrions nous méfier de nos sources. Mais seule une petite minorité d'érudits (essentiellement en marge des études sur le NT), tels que Richard Carrier et Robert Price, doutent de l'existence de Jésus.

(2) Jésus semble avoir vécu en Galilée à la fin du premier siècle avant Jésus-Christ ou au début du premier siècle (il est probablement né soit en 7 avant Jésus-Christ, soit en 4 avant Jésus-Christ) dans une famille de classe inférieure. Il a été un prophète, un enseignant et un guérisseur juif actif au cours des années 20 de notre ère et a gagné des adeptes (ce que les spécialistes appellent le mouvement de Jésus). Il a eu des démêlés avec les autorités romaines et a été exécuté pour sédition (par crucifixion) vers l'an 30 de notre ère, lorsque Ponce Pilate était le gouverneur romain de Judée.

https://philiptite.wordpress.com/2020/01/28/reflections-on-the-mythicists-and-the-historical-jesus/



James Tabor

James Tabor est un spécialiste de la Bible et professeur de judaïsme ancien et de christianisme primitif au Département d' études religieuses de l' Université de Caroline du Nord à Charlotte

La mort de Jésus sur une croix romaine était un fait indéniable, mais terriblement embarrassant 

La Véritable Histoire de Jésus, chap 13




Jens Schröter

Jens Schroeter est titulaire de la chaire et professeur d'exégèse et de théologie du Nouveau Testament à l'Université Humboldt en Allemagne.

Qu’est-ce qui a conduit à l’arrestation et à l’exécution de Jésus lors de son dernier séjour à Jérusalem ? D’une part, pour répondre à cette question, il faut garder à l’esprit que seule l’administration romaine avait le droit de prononcer et d’exécuter une condamnation à mort. Preuve en est que toutes les sources – y compris les sources non chrétiennes – font état de l’exécution de Jésus sous Ponce Pilate. Aussi bien Flavius Josèphe que Tacite mentionnent ce fait, les récits évangéliques s’accordent sur ce point, le préfet romain a même réussi à se retrouver dans le Credo chrétien. La crucifixion sous Ponce Pilate fait donc partie des événements les plus avérés concernant le ministère de Jésus.

Jésus de Nazareth, chap B 4.2



John Dickson

Dickson est titulaire d'un doctorat en histoire ancienne de l'Université Macquarie et est universitaire invité (2016-2022) à la faculté des lettres classiques de l'université d'Oxford.

Le christianisme n'est pas basé sur le rêve solitaire ou la vision privée de quelqu'un. Il ne s'agit pas simplement d'une dictée divine dans un livre saint qui doit être cru avec une foi aveugle. Jésus était une personne réelle, « crucifiée sous Ponce Pilate », le cinquième gouverneur de Judée, comme le dit le Credo des Apôtres. Il semble que beaucoup d'Australiens ne soient vraiment pas d'accord.

https://www.abc.net.au/religion/john-dickson-why-historians-dont-doubt-jesus-existed/




Charles Perrot

Était un prêtre, bibliste et universitaire, spécialiste du judaïsme contemporain de Jésus. Il a été professeur de Nouveau Testament à l'Institut catholique de Paris.

La mort sous Ponce Pilate et l’attribution à Jésus d’un titre politico-religieux à l’époque très dangereux, à savoir celui de Christ ou Messie, sont deux éléments de poids au plan historique.

Que Sais-je, Jésus, chap 1



Armand Puig i Tàrrech

Armand Puig i Tàrrech est professeur de Nouveau Testament à la faculté de Théologie de Catalogne. Prêtre de l'archidiocèse de Tarragone, il dirige l'Institut supérieur de sciences religieuses Saint Fructueux. Il est membre de l'association biblique de Catalogne et du studium Novi testamenti societas. Il codirige également le Corpus biblicum catalanicum.

Cependant, le questionnement historique reste fondamental, tant pour ceux qui croient que pour ceux qui ne croient pas, tant pour ceux qui affirment que Jésus-Christ est le Fils de Dieu incarné que pour ceux qui voient en lui un prophète parmi d’autres dans la longue série de personnages clefs et le foisonnement des religions du monde. Jésus de Nazareth peut être soumis à la rigueur de la critique historique, du fait qu’il fut un être humain qui a vécu un fragment de l’histoire humaine, depuis sa naissance jusqu’à ce qu’il meure crucifié aux portes de Jérusalem et qu’il soit enseveli presque sur place, tout près de la colline du Golgotha.

[...]

En ce qui concerne la troisième hypothèse – Jésus ne serait pas réellement mort –, elle est trop fantaisiste pour mériter une quelconque considération : toutes les sources historiques sur Jésus – chrétiennes et non chrétiennes – assurent que la crucifixion de Jésus se termine, comme c’était prévu dans la sentence prononcée par Pilate, par sa mort sur la croix.

Jésus : Une biographie historique, Chap 1 & 6



José Antonio Pagola

José Antonio Pagola, prêtre, a été professeur de christologie à la faculté de théologie de Vitoria (Espagne, Pays basque), recteur de séminaire, vicaire général, directeur de l’institut de théologie et de pastorale de Saint-Sébastien.

C'est l'information historique la plus claire dont nous disposons : Jésus a été exécuté par des soldats sous les ordres de Pilate, mais derrière l'exécution se trouvait le grand prêtre Caïphe, ainsi que les membres de l'aristocratie sacerdotale de Jérusalem.

Jesus an Historical Approximation, p334




Elian Cuvillier

Cuvillier a enseigné le Nouveau Testament à Montpellier de 1991 à 2017 et depuis le 1e juillet 2017 il directeur du Cycle M « Église et Société » (MES) sur les deux facultés de Paris et Montpellier. Cuvillier est titulaire d'un doctorat en théologie de l’Institut Protestant de Théologie faculté de Montpellier.

Affirmer le fait de l'existence d'un homme, nommé Jésus, ayant vécu entre 0 et 30 de notre ère et mort sur une croix sous Ponce Pilate, procurateur romain, appartient à une vérité historique aujourd'hui largement admise.

Jésus de l'histoire et Christ de la foi Quelques points de repères, p34




Titus Kennedy

Titus Kennedy est un archéologue de terrain qui travaille principalement avec des sites et des matériaux de l'ancien Proche-Orient et du monde méditerranéen. Il a participé à des fouilles et à des projets d'arpentage sur plusieurs sites archéologiques de terres bibliques, y compris la direction et la supervision de multiples projets couvrant l'âge du bronze jusqu'à la période byzantine, et il a mené des recherches sur des artefacts dans des musées et des collections du monde entier. Ses intérêts archéologiques comprennent l'archéologie biblique, l'interaction entre les documents anciens et les archives archéologiques, l'archéologie expérimentale, la démographie ancienne et les similitudes entre les cultures de l'antiquité. Il est chercheur au Discovery Institute, enseigne en tant que professeur auxiliaire à l'Université Biola et a été consultant, écrivain et guide pour les documentaires et les programmes d'études d'histoire et d'archéologie.

Finalement, Jésus a été arrêté et traduit en justice devant Ponce Pilate, le préfet romain de la province de Judée, qui a accédé à la demande de crucifixion de Jésus. Le procès devant Pilate et la mort de Jésus par crucifixion sont tous corroborés par plusieurs sources romaines des 1er et 2e siècles (Josèphe, Antiquités ; Sérapion, Lettre de Mara ; Tacite, Annales ; Lucien, Passage de Peregrinus ; Justin Martyr, Lettre à Antoninus Pius). En outre, une œuvre d'art trouvée à Rome, qui pourrait dater de la fin du 1er siècle, représente Jésus sur la croix avec un homme levant les yeux vers lui, moqué pour avoir adoré un dieu qui a été crucifié (Alexamenos Graffito).

[...]

Plutôt qu'un personnage mythique, Jésus de Nazareth est en fait l'une des personnalités les plus largement attestées de l'Antiquité, et les récits des Évangiles ont été confirmés comme des récits historiquement fiables par des découvertes archéologiques toujours plus nombreuses. Bien que Jésus n'ait parcouru ces chemins que jusqu'en 33 après J.-C. et qu'il ait été injustement exécuté dans une minuscule province en marge de l'Empire, la connaissance de sa vie et de son enseignement s'est rapidement répandue dans le vaste monde romain et au-delà. Des siècles plus tard, les ruines anciennes, les objets et les manuscrits continuent de raconter cette incroyable histoire.

Excavating the Evidence for Jesus, conlusion



James G. Crossley

James G. Crossley est titulaire d'un Ph.D de l'université de Nottingham. Il a été maître de conférences en études du Nouveau Testament à l'Université de Sheffield, actuellement il est professeur à l'université St Mary de Londres. Ses recherches portent sur le Nouveau Testament et les études bibliques dans des contextes historiques, culturels et politiques.

Plus généralement, il est possible de dresser un tableau général du Jésus historique. Certains éléments peuvent sembler assez banals, comme le fait qu'il soit né en Galilée, qu'il ait attiré des disciples, qu'il se soit heurté à des gens sur l'interprétation de la loi, qu'il ait acquis une réputation de guérisseur et d'exorciste efficace, qu'il ait prêché l'avènement du royaume, qu'il ait souvent parlé en paraboles et qu'il se soit rendu à Jérusalem où ses actions dans le Temple l'ont conduit à la crucifixion par les Romains. Ce sont plus ou moins les grandes lignes de l'Évangile, mais ce n'est pas vraiment une surprise, car ce sont les meilleures sources ! Cependant, nous ne devons pas nous laisser emporter par ce que nous savons.

Reading the New Testament, p63



David A. deSilva

David A. deSilva (Ph.D., Université Emory) est professeur distingué du Nouveau Testament et de grec au Ashland Theological Seminary. Il est l'auteur de plus de trente livres, dont An Introduction to the New Testament, Discovering Revelation, Introducing the Apocrypha, et des commentaires sur les Galates, les Éphésiens et les Hébreux.

Que peut découvrir un historien sur Jésus ? Un certain nombre d'historiens répondraient à cette question par une courte liste de "faits" que l'on peut récupérer comme données "hautement probables" pour la vie de Jésus (avec les critères qui permettent d'établir le "fait") : Jésus est venu de Nazareth (embarras, attestation multiple). Jésus a commencé sa vie publique comme disciple de Jean (embarras- ment, attestation multiple). Jésus était un enseignant et un guérisseur/exorciste (attestations multiples ; critère d'embarras appliqué aux sources rabbiniques : il aurait été plus commode pour les Juifs non chrétiens de rejeter les miracles de Jésus, mais comme ils ne le pouvaient pas, ils les ont plutôt expliqués comme des œuvres de Satan). Jésus avait un groupe de disciples, dont douze avaient une importance centrale (attesta- tion multiple, formes multiples). Jésus a concentré sa mission sur Israël (critère d'embarras- ment). Jésus a prêché la venue du " royaume de Dieu " (attestation multiple, formes multiples). Jésus s'est heurté aux autorités de Jérusalem au sujet du temple (attestation multiple). Jésus a été crucifié comme prétendant messianique (prétendant au trône de David) par les Romains sur l'autorité de Ponce Pilate (attestation multiple, formes multiples, embarras). Les disciples de Jésus ont cru le rencontrer après sa mort (attestation multiple). Les disciples de Jésus ont formé un mouvement, attendant son retour, gagnant de nouveaux adhérents (attestation multiple).

An Introduction to the New Testament Contexts Methods & Ministry Formation Second Edition, p167



Stephen L. Harris

Stephen L. Harris était professeur d'études humaines et religieuses à la California State University de Sacramento. Il y a siégé pendant dix ans en tant que directeur de département. Il a obtenu sa maîtrise et son doctorat de l'Université Cornell. Harris était membre de l'American Academy of Religion, membre du Westar Institute, membre du controversé Jesus Seminar, et est l'auteur de plusieurs livres sur la religion, dont certains sont utilisés dans des cours universitaires d'introduction.

La crucifixion de Jésus sous Pilate, confirmée par Tacite et d'autres historiens non chrétiens, n'était pas le genre de mort - publique, honteuse et associée à des esclaves et des criminels - que les croyants inventent pour leur chef.

The New Testament a Student's Introduction, p274



M. David Litwa

Litwa est un érudit des anciennes religions méditerranéennes avec un accent sur le Nouveau Testament et le christianisme primitif. il a un du département d'études religieuses de l'UVA.

Selon le large consensus des spécialistes de la Bible, Jésus a vécu au premier siècle en Galilée et a été crucifié en Judée. En même temps, les quatre évangiles, d'un point de vue moderne, présentent un portrait fondamentalement mythique de Jésus. Selon leur image composite, Jésus est l'incarnation d'une divinité préexistante.

How the Gospels Became History, p22



Annette Merz

Annette Merz est une théologienne protestante allemande et bibliste, membre de la faculté de l' Université d'Utrecht . Merz a mené des recherches vigoureuses sur l' historicité de Jésus et est surtout connue pour son livre de 1996 avec Gerd Theissen , The Historical Jesus , un manuel largement utilisé traduit en six langues.

Les historiens ont une obligation particulière d'élucider les causes historiques de la mort de Jésus, car l'antijudaïsme chrétien s'est nourri à maintes reprises de l'accusation selon laquelle "les Juifs" ont tué Jésus. Tout au plus peut-on affirmer historiquement que certains Juifs ont contribué à la mort de Jésus, et il serait éthiquement intolérable d'en tirer des conséquences pour juger tous les Juifs.

[...]

En dehors du fait, rarement mis en doute, que Jésus a été crucifié sous Ponce Pilate, il n'y a pas d'opinion claire sur qui a provoqué la condamnation de Jésus et sur les motifs de son exécution. Les alternatives énumérées ci-dessous n'ont pas pour but d'offrir des réponses mais de structurer les problèmes.

The Historical Jesus: A Comprehensive Guide, p465 & 467



Dale C. Allison

Dale C. Allison est un érudit américain du Nouveau Testament , historien du christianisme primitif et théologien chrétien qui a été pendant des années professeur d'exégèse du Nouveau Testament et du christianisme primitif au Pittsburgh Theological Seminary . Il est actuellement professeur Richard J. Dearborn d'études du Nouveau Testament au Princeton Theological Seminary.

Presque tout le monde considère comme indiscutable une liste assez longue de particularités, notamment le fait que Jésus a été baptisé par Jean, qu'il était un thaumaturge galiléen, qu'il était connu comme un maître, qu'il a été crucifié à Jérusalem sous Ponce Pilate sous le règne de Tibère, et que peu après sa mort, certains de ses disciples ont affirmé qu'il était ressuscité des morts.

Jesus of Nazareth: Millenarian Prophet, p52



Dale B. Martin

Dale Martin est un érudit américain du Nouveau Testament et historien du christianisme. Il est diplômé de l'Abilene Christian University , du Princeton Theological Seminary et de Yale et a était membre du corps professoral du Rhodes College et de l'Université Duke.

En outre, comme nous l'avons déjà dit, l'une des choses les plus sûres que nous puissions dire de Jésus sur le plan historique est qu'il a été exécuté par les Romains sous l'accusation de sédition politique. Il a été tué soit pour avoir affirmé qu'il était le Messie, le roi des Juifs, soit parce que d'autres l'avaient affirmé à son sujet.

New Testament History Literature, p192



M. Eugene Boring

Eugene Boring (PhD, Vanderbilt University), était professeur du Nouvau Testament à la Brite Divinity School, Texas Christian University. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont un commentaire sur l'Apocalypse et (avec Fred Craddock) The People's New Testament Commentary.

Jésus a été crucifié par le gouvernement provincial romain. Le fait historique le plus certain concernant Jésus est qu'il a été officiellement exécuté par les autorités romaines en tant que menace pour la domination romaine dans la province de Judée.

An Introduction to the New Testament: History Literature, Theology, chap 8.3.9



Granham Stanton

Graham Stanton était un bibliste néo-zélandais qui a enseigné au King's College de Londres et en tant que professeur de théologie de Lady Margaret à l' Université de Cambridge .

 Les premiers disciples de Jésus ne pouvaient pas avoir inventé la crucifixion de Jésus, car cela les exposait au ridicule. Il ne fait donc aucun doute que Jésus a été crucifié par le préfet romain Pilate en tant que rebelle politique.

The Gospels and Jesus Second Edition, p701



Darrell Bock

Le Dr Bock a été reconnu comme boursier Humboldt (Université de Tübingen en Allemagne), est l'auteur de plus de 40 livres, y compris des commentaires très appréciés sur Luc et Actes et des études sur le Jésus historique, et travaille dans l'engagement culturel en tant qu'hôte du Podcasts de table du séminaire. Il a été président de l'Evangelical Theological Society (ETS) de 2000 à 2001, est rédacteur en chef consultant pour Christianity Today et siège aux conseils d'administration du Wheaton College et de Chosen People Ministries. Il a obtenu son doctorat à l'université écossaise d'Aberdeen

Cela signifie que, quel que soit le motif qui a conduit Pilate à exercer son pouvoir d'exécution, c'est la prétention à être un roi qui a été enregistrée par le préfet. La crucifixion de Jésus est l'un des événements les plus certains liés à sa vie. Les crucifixions avaient lieu en réponse à une forme de rébellion ou de sédition contre Rome. Jésus n'a donc pas été crucifié simplement parce qu'il était un prophète.

The Historical Jesus Five Views, p276



Darrell Bock

(Autre citation de Bock)

Au-delà de la reconnaissance quasi universelle que Jésus a été crucifié par Rome pour une forme de sédition, un débat existe sur ce que nous pouvons savoir de cette scène.

Encyclopedia of the Historical Jesus, p660



Delbert Burkett

Delbert Burkett a obtenu son doctorat en Nouveau Testament et origines chrétiennes de l'Université Duke en 1989. Au cours des années suivantes, il a enseigné à l'Université Western Kentucky, à l'Université d'État des Appalaches et au Lebanon Valley College. En 1996, il a rejoint la faculté d'études religieuses des SJM. De 2004 à 2007, il a été chef de section pour les études religieuses. De 2010 à 2016, il a été directeur du département de philosophie et d'études religieuses.

Ce que nous pouvons dire avec certitude au sujet de Jésus, c'est qu'il a connu un sort similaire à celui de Jean-Baptiste. Lorsqu'il s'est rendu à Jérusalem pour la célébration de la Pâque juive, il a été arrêté et crucifié par le gouverneur romain Ponce Pilate. Pilate pensait apparemment que la popularité de Jésus représentait une menace pour la paix imposée par la domination romaine.

An Introduction to the New Testament and the Origins of Christianity, Part 1.7



Mark L. Strauss

Mark Strauss est un bibliste américain et professeur du Nouveau Testament au Bethel Seminary de San Diego, qui fait partie de l'Université Bethel, Minnesota . Ses domaines d'expertise comprennent les évangiles du Nouveau Testament et la traduction de la Bible. Strauss a eu son doctorat à l'Université d'Aberdeen .

Il est incontestable que Jésus de Nazareth était un personnage historique qui a vécu en Palestine à l'époque de la domination romaine et qui a été crucifié par le gouverneur romain Ponce Pilate aux alentours de 30 à 33 après J.-C. Il ne fait aucun doute non plus que peu de temps après sa mort, ses disciples ont commencé à proclamer qu'il était ressuscité des morts. Ils ont proclamé que sa mort et sa résurrection étaient non seulement la confirmation de Dieu que Jésus était le Messie, mais qu'elles apportaient également le salut de leurs péchés.

Four Portaits one Jesus, p41



Patrick Gray

Patrick Gray est professeur d'études religieuses. Il a obtenu son doctorat en religion à l'université Emory. Auparavant, il a enseigné à Emory et à l'université Oglethorpe, ainsi qu'au Japon. Ses recherches portent sur le contexte gréco-romain du christianisme primitif et sur l'histoire de l'interprétation biblique. En 2013, il a reçu le prix Clarence Day pour sa recherche exceptionnelle et son activité créative.

Au minimum, le consensus de l'opinion savante actuelle est que nous pouvons faire confiance à l'historicité d'au moins quelques faits fondamentaux rapportés dans les évangiles : Jésus est né vers l'an 4 avant Jésus-Christ. Il descendait de David et a été élevé comme un juif pratiquant à Nazareth. Il a été baptisé par Jean. Il s'est lancé dans la carrière de prédicateur itinérant en Galilée sous le règne de Tibère et a attiré des disciples, dont des femmes. Sa prédication est consacrée à l'annonce de l'arrivée du royaume de Dieu. Il est considéré comme un thaumaturge. Il entra en conflit avec les dirigeants juifs et fut crucifié à Jérusalem sous Ponce Pilate, le préfet romain de Judée, à la Pâque vers l'an 30, après avoir été trahi par l'un de ses disciples. Les sources canoniques sont largement d'accord sur ces points, et les textes extrabibliques d'auteurs juifs et romains fournissent une attestation indépendante de certains faits. Il est peu probable que nombre de ces détails aient été inventés, car ils auraient pu mettre l'Église dans l'embarras.

The Routledge Guidebook to The New Testament ,pp258-259



Amy-Jill Levine

Levine est professeure E. Rhodes et Leona B. Carpenter d'études du Nouveau Testament à la Vanderbilt University Divinity School , Département d'études religieuses et Département d'études supérieures de religion.

Il existe une sorte de consensus sur les grandes lignes de la vie de Jésus. La plupart des spécialistes s'accordent à dire que Jésus a été baptisé par Jean, qu'il a débattu avec ses compatriotes juifs de la meilleure façon de vivre selon la volonté de Dieu, qu'il a pratiqué des guérisons et des exorcismes, qu'il a enseigné dans les paraboles, qu'il a rassemblé des disciples masculins et féminins en Galilée, qu'il s'est rendu à Jérusalem et qu'il a été crucifié par des soldats romains sous le gouvernement de Ponce Pilate (26-36 de notre ère). Mais, pour reprendre le vieux cliché, le diable est dans les détails.

The Historical Jesus in context, p4



James H. Charlesworth

James Charlesworth était professeur de langue et littérature du Nouveau Testament et directeur du projet des manuscrits de la mer Morte au Princeton Theological Seminary . Ses intérêts de recherche incluent les Apocryphes et les Pseudépigraphes des Bibles hébraïques et chrétiennes, les Manuscrits de la mer Morte , Josèphe , le Jésus historique , l' Évangile de Jean et l' Apocalypse de Jean .

Troisièmement, les auteurs de Romains, Marc, Jean, Matthieu, Luc et Hébreux affirment deux faits historiques : Jésus a été crucifié, et cet acte a eu lieu en dehors de Jérusalem.

An Essential Guide The Historical Jesus, chap 2





Timothy Paul Jones

Timothy Paul Jones est titulaire d'un PhD du Southern Baptist Theological Seminary, il est vice-président et professeurau Southern Baptist Theological Seminary. Il est l'auteur ou l'éditeur de plus d'une douzaine de livres et est pasteur-prédicateur à Sojourn Church Midtown. Il vit à St.

À quelques exceptions près, même les chercheurs sceptiques admettent que Jésus a été crucifié - et pour de bonnes raisons. Non seulement les auteurs chrétiens mais aussi l'historien romain Tacite mentionnent la crucifixion de Jésus. Il est hautement improbable que les chrétiens du premier siècle aient inventé un destin aussi honteux pour le fondateur de leur foi. Au premier siècle de notre ère, la crucifixion représentait le chemin le plus sombre vers la mort. 

Conspiracies and the Cross, chap 9




Joel B. Green

Joel B. Green (PhD) est un spécialiste américain du Nouveau Testament , théologien , auteur, doyen associé du Center for Advanced Theological Study et professeur d'interprétation du Nouveau Testament au Fuller Theological Seminary de Pasadena, en Californie . Green est un auteur prolifique qui a écrit sur un large éventail de sujets liés à la fois à l'érudition et à la théologie du Nouveau Testament.

Si nous pouvons accepter la certitude de la crucifixion de Jésus en tant que fait historique, que pouvons-nous dire de la manière dont il est mort ? Sur ce point, les preuves sont beaucoup plus ambiguës qu'on ne le pense généralement.

The Cambridge Companion to Jesus, p90




Robert E. Van Voorst

Robert Van Voorst (PhD) a servi au Lycoming College à Williamsport et a été professeur invité au Westminster College, Oxford , Angleterre. Il a donné des conférences aux doctorants de l'Université du Zhejiang, à Hangzhou, en Chine, sur les méthodes d'étude biblique.

Quelles sont les grandes lignes qui se dégagent de cette étude de Jésus en dehors du Nouveau Testament ? Les témoignages non-chrétiens traitent uniformément Jésus comme une personne historique. La plupart des auteurs non chrétiens n'étaient pas intéressés par les détails de sa vie ou de son enseignement, et ils l'ont vu à travers le christianisme qu'ils connaissaient. Ils fournissent une corroboration modeste mais sûr de certaines traditions historiques du Nouveau Testament sur l'origine familiale, la période de la vie, le ministère et la mort de Jésus.

An Introduction to the Ancient Evidence, p217



Paul Mattei

Spécialiste de l'histoire du christianisme et de sa première période, il est professeur invité dans plusieurs universités dont l’Istituto Patristico « Augustinianum » (Université du Latran, Rome) et l’Université Salesianum (Rome)

On tentera ici de rassembler ce que l’historien est en mesure d’avancer, sans invraisemblance et sans illusion, sur Jésus – sa « biographie » et ses « idées ». Il se nommait en grec Ièsous et en hébreu Yéchûa` ou Yeôchûa` : « Yahvé sauve ». Anthroponyme théophore alors souvent porté, qui avait été le nom de Josué, successeur de Moïse : sans grand relief, donc, malgré les apparences et les spéculations ultérieures, occasionnées par Lc 1, 3133. Il dut naître vers 6 ou 7 avant l’ère chrétienne (la fixation de cette ère provient d’un calcul erroné de Denys le Petit, moine latin du VIe siècle), à Bethléem, selon une tradition qu’il faut interroger. Il passa son enfance et sa jeunesse en Galilée, à Nazareth, où l’on connaissait son père, le « charpentier », sa mère et ses frères et sœurs (cf. Mc 6, 3). Il reçut le baptême de Jean sans doute peu après que celui-ci eut inauguré sa mission, l’an 15 du principat de Tibère (selon Lc 3, 1) – soit, vraisemblablement, en 27 (fin 27-début 28 ?). Son ministère, qui pour l’essentiel se déroula en Galilée, dura quelque deux ans, d’après la chronologie du quatrième évangile. Il fut crucifié à Jérusalem le vendredi 7 avril 30, selon toute apparence.

Le Christianisme Antique de Jésus à Constantin 3e Edition, chap 3




Enrico Norelli

Docteur des-lettres de l'Université de Pise et docteur en théologie de l’Université de Genève

Comme la figure historique et le caractère de son annonce reste controversés, nous nous attacherons aux faits les plus avérés [...] Il fut capturé à Jérusalem, livré au préfet romain Ponce Pilat, accusé de visées messianiques et doncde rébellion contre le pouvoir de Rome, condamné à mort en toute hâte par Pilate et exécuté : une fin à laquelle nul en Israël ne s'attendait pour un libérateur envoyé par Dieu.

La naissance du Christianisme Comment tout a commenté, pp29-32




David Brakke

David Brakke est titulaire de la chaire Joe R. Engle d'histoire du christianisme et il est professeur d'histoire à l'Ohio State University. Après avoir obtenu une licence d'anglais avec la plus haute distinction à l'université de Virginie, il a étudié la théologie et a obtenu un doctorat en théologie à la Harvard Divinity School et un doctorat en études religieuses à l'université de Yale.

Les historiens sont presque unanimement d'accord sur une esquisse de la carrière de Jésus. Il est venu de Nazareth et a été baptisé par Jean le Baptiste. [...] Les Romains l'ont arrêté et crucifié comme rebelle, comme quelqu'un qui prétendait être ou que l'on croyait être le roi des Juifs. Chacune de ces affirmations sur Jésus peut être étayée par des arguments fondés sur des preuves, qui invoquent un raisonnement similaire aux critères d'authenticité. De multiples sources indépendantes présentent ces idées, certaines sont en désaccord avec la pratique chrétienne ultérieure, et toutes sont parfaitement logiques dans le contexte du judaïsme palestinien du Ier siècle.

Understanding the New Testament, p147

0 commentaire